La ruche source de mul­tiples bien­faits

Entre autres com­bats au ser­vice d’une san­té hu­maine moins tri­bu­taire des trai­te­ments clas­siques, le pro­fes­seur Hen­ri Joyeux (Mont­pel­lier) dé­fend les atouts de cer­tains pro­duits de la ruche contre le can­cer.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Serge Bour­let serge.bour­let@cen­tre­france.com

En quoi l’in­dus­trieuse ac­ti­vi­té des abeilles, meilleures amies de l’homme, pro­dui­sant miel, ge­lée royale, pro­po­lis et pol­len, consti­tue­t­elle une source de bien­faits pour la san­té hu­maine, et no­tam­ment pour le can­cer ? C’est à cette ques­tion que le pro­fes­seur Hen­ri Joyeux, pra­ti­cien hos­pi­ta­lier en can­cé­ro­lo­gie et chi­rur­gie di­ges­tive du­rant une tren­taine d’an­nées à Mont­pel­lier, an­cien pro­fes­seur de can­cé­ro­lo­gie à l’uni­ver­si­té, de­ve­nu un au­teur pro­li­fique d’ou­vrages ac­cor­dant une place de pre­mier choix à la nu­tri­tion et vi­sant la san­té glo­bale de l’homme (voir par ailleurs), ré­pond en sillon­nant l’Hexa­gone à la fa­veur de mul­tiples confé­rences et en ani­mant jour après jour une lettre en ligne sur la san­té.

Par­mi les thèmes qui sti­mulent sa ré­flexion, le mé­de­cin­confé­ren­cier aborde très sou­vent les bien­faits des pro­duits de la ruche pour la san­té hu­maine, et no­tam­ment pour le can­cer, qui a consti­tué le coeur de sa pra­tique de chi­rur­gien. Ain­si, à Cé­ba­zat (Puy­deDôme), ce prin­temps, plus de 600 per­sonnes mas­sées à Sé­ma­phore ont sou­mis au feu nour­ri des ques­tions l’in­vi­té de la so­cié­té Se­crets de miel, der­nier fruit d’une his­toire de cinq gé­né­ra­tions d’api­cul­teurs.

Des pro­duits pas as­sez re­con­nus. « Les pro­duits de la ruche ont des ver­tus com­plé­men­taires. La pro­po­lis, par exemple – une sub­stance ré­si­neuse ré­col­tée sur les bour­geons et les arbres et trans­for­mée par l’abeille – est un an­ti­vi­ral, un an­ti­bac­té­rien, un sti­mu­lant de l’im­mu­ni­té. Le miel de thym ap­porte du bon sucre et pos­sède des pro­prié­tés ci­ca­tri­santes. Tout dé­pend des fleurs pol­li­ni­sées ». Le Ja­pon, un monde aux an­ti­podes. En France, les pro­duits de la ruche ne pos­sé­dent pas l’au­to­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché (AMM), qui donne le feu vert au rem­bour­se­ment par l’As­su­rance­ma­la­die. Au Ja­pon, les ins­ti­tuts du can­cer consomment 500 tonnes de pro­po­lis par an ; en France, pas un gramme. Le Ja­pon im­porte 80 % de la pro­po­lis de bac­cha­ris et dal­ber­gia ré­col­tée sur les plantes du bio­tope bré­si­lien. Une étude de 2005 men­tionne que 48 % des bre­vets se rap­por­tant à la pro­po­lis pro­viennent du Ja­pon, où tous les moyens thé­ra­peu­tiques dis­po­nibles pour sou­la­ger ou gué­rir le pa­tient sont uti­li­sés, qu’ils soient phar­ma­ceu­tiques ou na­tu­rels ». Le miel ci­ca­tri­sant. « Les ver­tus ci­ca­tri­santes du miel sont éta­blies. Comme plu­sieurs de mes col­lègues, j’uti­lise du miel pour la ci­ca­tri­sa­tion des plaies, même in­fec­tées. Des miels mé­di­caux ont été dé­ve­lop­pés, ré­pon­dant aux normes de la phar­ma­cie hos­pi­ta­lière. L’ajout d’un ex­trait de pro­po­lis ren­force l’ac­tion an­ti­mi­cro­bienne du miel ».

La ge­lée royale. Sub­stance la plus éla­bo­rée de la ruche, source ex­clu­sive de l’ali­men­ta­tion de la reine des abeilles du­rant toute son exis­tence, la ge­lée royale se ca­rac­té­rise par son goût âcre. sa ri­chesse en vi­ta­mines du groupe B, en oli­go­élé­ments et en com­po­sants au rôle pro­tec­teur contre vi­rus et mi­crobes. Pro­duit ré­pu­té pour ses ver­tus éner­gé­tiques, la ge­lée royale laisse le pro­fes­seur Joyeux plus cir­cons­pect quand il s’agit du can­cer. « La pré­sence de cer­taines hor­mones la contre­in­dique, même à faibles doses, dans les cas de can­cer hor­mo­no­dé­pen­dants (sein, uté­rus, ovaires, pros­tate). Par contre, pour les mêmes rai­sons, elle est in­di­quée à la mé­no­pause, chez les femmes sans risque de can­cer ».

Tout n’est pas pain bé­ni. « Tous les pro­duits na­tu­rels ne sont pas spé­cia­le­ment bons pour la san­té. Il en est de même pour la pro­po­lis, si celle­ci est de mau­vaise qua­li­té et (ou) conta­mi­née ».

Ren­dez-vous. Le pro­fes­seur Joyeux don­ne­ra deux confé­rences en Au­vergne en 2017 : le jeu­di 9 mars, à Cé­ba­zat, et le ven­dre­di 10 mars, au Puy-en-Ve­lay.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.