Bolt en­ga­gé dans une course contre la montre

La star mon­diale du sprint bles­sée aux is­chios

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS L'ACTU NATIONALE -

La mé­gas­tar Usain Bolt, for­fait sur bles­sure pour la fi­nale du 100 m des sé­lec­tions ja­maï­quaines à King­ston ven­dre­di soir, est dé­sor­mais en­ga­gée dans une course contre la montre pour gué­rir et es­pé­rer se qua­li­fier pour les JO de Rio (5-21 août).

Bolt a évo­qué « une lé­sion mus­cu­laire à l’is­chio (gauche) de stade 1 (le moins grave) », après la de­mi­fi­nale du 100 m qu’il ve­nait de rem­por­ter. Ce­la si­gni­fie qu’il souffre a prio­ri d’une élon­ga­tion.

« Le diag­nos­tic de ter­rain (à chaud) peut être trom­peur sans l’ima­ge­rie, im­por­tante, qu’on doit réa­li­ser. Il faut se lais­ser un dé­lai de deux, trois jours pour mieux voir l’éten­due de la lé­sion, ex­plique à l’AFP Jean­Mi­chel Ser­ra, mé­de­cin de l’équipe de France d’ath­lé­tisme. En gé­né­ral, et ça dé­pend de la lo­ca­li­sa­tion au ni­veau de la cuisse, il faut une quin­zaine de jours pour que la zone ar­rive à ci­ca­tri­ser », sou­ligne le pra­ti­cien.

Dans un pre­mier temps, plus que la na­ture et la gra­vi­té de la bles­sure de Bolt, ce sont les pro­pos du se­cré­taire gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion ja­maï­quaine d’ath­lé­tisme (JAAA) Garth Gayle qui ont se­mé l’in­quié­tude dans et hors du stade. Le di­ri­geant avait in­di­qué à l’AFP que Bolt de­vait ab­so­lu­ment par­ti­ci­per aux sé­ries du 200 m, sa­me­di, pour gar­der un espoir de s’ali­gner sur cette dis­tance aux JO 2016.

Mais les règles des sé­lec­tions ja­maï­quaines ne sont pas aus­si sé­vères et sans ap­pel que celles de la Fé­dé­ra­tion amé­ri­caine, se­lon les­quelles seuls les trois pre­miers sont re­te­nus, tant pis pour les bles­sés.

Un ar­ticle du rè­gle­ment de la JAAA sti­pule qu’en cas d’exemp­tion mé­di­cale pour bles­sure aux Cham­pion­nats na­tio­naux, les ath­lètes clas­sés par­mi les trois meilleurs mon­diaux de la sai­son peuvent en­core être qua­li­fiés, à condi­tion de prou­ver leur ap­ti­tude dans une pro­chaine com­pé­ti­tion.

Sur 100 m, pas de pro­ blème pour Bolt, qui pointe au deuxième rang mon­dial cette sai­son avec un chro­no de 9’’88, der­rière le Fran­çais Jim­my Vi­caut (9’’86). Mais sur 200 m, il n’a au­cune ré­fé­rence cette an­née. Le sex­tuple cham­pion olym­pique se­ra donc prié de mon­trer son ni­veau lors du mee­ting de Londres, le 22 juillet.

Bolt a-t-il une chance de voir Rio ?

Les dé­lais sont courts, sur­tout en pas­sant par la case Londres. Car, après la phase de soins (en­vi­ron deux se­maines et au mi­ni­mum une di­zaine de jours), il faut comp­ter une di­zaine de jours sup­plé­men­taires pour re­trou­ver une haute in­ten­si­té sur la piste. Ce qui fait juste pour la réunion de Londres, du moins pour l’abor­der sans risques et en pleine pos­ses­sion de ses moyens. Mais, s’agis­sant de Bolt, la Fé­dé­ra­tion ja­maï­quaine pour­rait faire une ex­cep­tion.

Der­nier atout qui pour­rait s’avé­rer pré­cieux pour le roi du sprint : les épreuves olym­piques d’ath­lé­tisme ne sont pro­gram­mées que la deuxième se­maine des JO, à par­tir du 12 août.

IN­QUIÉ­TUDE. Usain Bolt, gri­ma­çant après sa vic­toire en de­mi­fi­nale des sé­lec­tions ja­maï­quaines, es­père gué­rir avant les JO.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.