Un pion­nier de la so­cial-dé­mo­cra­tie

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS - Ber­nard Sté­phan

Mi­chel Ro­card était-il en avance sur son temps ? Il ve­nait de l’ex­trême gauche, mi­li­tant de l’au­to­ges­tion au PSU, il avait fait sa mu­ta­tion pour être chez nous le pion­nier de la so­cial­dé­mo­cra­tie, il s’était confron­té au so­cia­lisme à la fran­çaise loin de cet es­prit du com­pro­mis et de la ré­no­va­tion. Ro­card était un homme po­li­tique as­sez aty­pique ; il avait tou­jours en­tre­te­nu la flamme du dé­bat d’idées, cher­chant à faire émer­ger les so­lu­tions par la mé­thode du dia­logue et fi­na­le­ment par le com­pro­mis. Ardent mi­li­tant eu­ro­péen, di­rec­te­ment hé­ri­tier de l’ac­tion de Pierre Men­dès-France, ne cher­chant ni à plaire ni à flat­ter, Mi­chel Ro­card s’était heur­té à Fran­çois Mit­ter­rand tout en étant son Pre­mier mi­nistre et n’avait ja­mais pu ac­cé­der à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique. Peut-être parce qu’homme trop en­tier, pour qui éthique et mo­rale com­man­daient à l’ac­tion pu­blique. Jus­qu’à la fin de sa vie d’en­ga­ge­ment, il au­ra mi­li­té pour une gauche apai­sée, pour une Europe re­fon­dée sans les Bri­tan­niques et pour une prise de conscience éco­lo­gique de l’hu­ma­ni­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.