35 ans d’ac­tions, un puy après l’autre…

Pas de dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique sans pro­tec­tion dans le pé­ri­mètre can­di­dat

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO - Anne Bourges anne.bourges@cen­tre­france;com

La can­di­da­ture de la Chaîne des puys – faille de Li­magne s’ins­crit dans une lo­gique de pro­tec­tion et de va­lo­ri­sa­tion au­tour de la­quelle les col­lec­ti­vi­tés et l’État se re­joignent de­puis plus de 35 ans.

Entre les puys dont s’oc­cupe le Parc na­tu­rel ré­gio­nal des volcans d’Au­vergne, le par­ti pris est ce­lui d’une ges­tion fine au­tour des édi­fices vol­ca­niques et géo­lo­giques les plus sen­sibles. Sur le ter­rain, ce­la im­plique un tra­vail de co­losse et de four­mis. Un puy après l’autre…

Plus belle la fré­quen­ta­tion 1 de Jumes et Co­quille. Le pro­gramme de res­tau­ra­tion des sen­tiers dans le site clas­sé de la chaîne des Puys a per­mis d’amé­na­ger les puys de Jumes et Co­quille, à Saint­Ours­les­Roches. Les sols vol­ca­niques très jeunes et les sous­sols meubles de pouz­zo­lane sont très sen­sibles au pié­ti­ne­ment : il fal­lait res­tau­rer des sen­tiers très fré­quen­tés, mais aus­si très éro­dés. La res­tau­ra­tion a consis­té à ca­na­li­ser les ran­don­neurs sur un iti­né­raire amé­na­gé. L’opé­ra­tion a aus­si per­mis d’amé­lio­rer la qua­li­té pay­sa­gère, le res­pect de la vé­gé­ta­tion et de la flore en­vi­ron­nant le sen­tier et de sta­bi­li­ser les zones d’éro­sion par la pose de bio nattes fa­vo­ri­sant la re­prise spon­ta­née de la vé­gé­ta­tion.

Vi­cha­tel né au tou­risme 2 et ren­du au pas­to­ra­lisme. À deux pas de la Mai­son du Parc, le jo­li cra­tère de Vi­cha­tel avait un po­ten­tiel pé­da­go­gique qui peut dé­sor­mais être ex­ploi­té.

Si­tué au coeur de la Chaîne des Puys, son cra­tère par­fait est presque aus­si pro­fond que ce­lui du Pa­riou. Mais contrai­re­ment à l’em­blé­ma­tique cou­sin, ses par­celles sont la pro­prié­té du syn­di­cat mixte du Parc de­puis 2004. Une si­tua­tion qui per­met plus de gé­rer plus fa­ci­le­ment sa fré­quen­ta­tion du tout en pré­ser­vant l’édi­fice vol­ca­nique et les usages pas­to­raux.

Le cra­tère a donc été res­tau­ré et le dé­fri­che­ment pro­gres­sif de la par­tie som­mi­tale se pour­suit. Le che­min qui fait le tour jus­qu’au som­met a été mo­di­fié pour lut­ter contre l’éro­sion. Avec le sou­tien de la Fon­da­tion d’en­tre­prises Chaîne des Puys/Faille de Li­magne, le syn­di­cat mixte du Parc a en­ga­gé : le net­toyage du cha­blis fo­res­tier, des se­mis et clô­tures pour louer des pâ­tures, la ré­ali­ sa­tion d’un abreu­voir sur le ruis­seau de Ran­danne pour li­mi­ter le pié­ti­ne­ment des bêtes. Il a aus­si pu me­ner la lutte contre l’en­fri­che­ment et créer un sen­tier d’in­ter­pré­ta­tion dou­blé du li­vret de dé­cou­verte Sur les traces de Mont­lo­sier et d’une ex­po­si­tion per­ma­nente.

Le puy des Gouttes trouve 3 son che­min entre grande ran­don­née et lande clas­sée. In­té­res­sant à de mul­tiples égards, le che­min de crête du puy des Gouttes, a pu être res­ tau­ré en 2015.

Si­tué au nord de la chaîne des Puys ce cône de sco­ries est bien vi­sible sous l’es­tive qui oc­cupe sa face sud et son cra­tère, le reste étant fo­res­tier. Le che­min de ran­don­née qui passe au som­met fi­gure au Plan dé­par­te­men­tal des iti­né­raires de randonnées du Puy­de­Dôme. Il est aus­si pro­po­sé comme une va­riante des GR 4 et 441. Or, sur le sen­tier per­met­tant de re­joindre le GR, un rac­cour­ci avait été créé par les vi­si­teurs à la per­ pen­di­cu­laire des courbes de ni­veau, et un autre em­prun­tait une zone hu­mide à pro­té­ger du pié­ti­ne­ment. Tout cet en­semble est si­tué en zone Na­tu­ra 2000 pour ses landes pâ­tu­rées, ce qui im­po­sait la pro­tec­tion des mi­lieux.

Le tra­cé du sen­tier a donc été mo­di­fié et des tres­sages en châ­tai­gnier ont été mis en place pour main­te­nir les sols vol­ca­niques fra­giles ou gui­der les vi­si­teurs. Des passages ont été fa­ci­li­tés par l’ins­tal­la­tion d’un pon­ton en bois et un fran­chis­se­ment de clô­ture.

Com­be­grasse ouvre un 4 nou­veau spec­tacle. Jusque dans les an­nées 1970, ce puy était par­cou­ru par une es­tive ovine, mais il n’a pas fal­lu 30 ans pour qu’un boi­se­ment spon­ta­né re­prenne le des­sus.

En Mai 2012, le Syn­di­cat mixte de ges­tion fo­res­tière (SMGF) d’Ay­dat, a donc pro­po­sé de re­voir sa ges­tion, avec une re­mise en va­leur pay­sa­gère qui re­joi­gnait le besoin de ter­rains de pâ­ture des ex­ploi­tants lo­caux. Une collaboration (SMPNRVA, État, Ay­dat, com­mu­nau­té de com­munes des Cheires et Dé­par­te­ment) a per­mis de le rou­vrir. Les pins ont été cou­pés et broyés pour ali­men­ter les chauf­fe­ries de Cler­mont. Des zones ont été gar­dées boi­sées pour la faune. Un che­min a été créé sur une boucle. Au­jourd’hui, un pa­no­ra­ma ma­gis­tral et in­édit est res­ti­tué : la vue s’ouvre à 360° sur les puys, le lac d’Ay­dat et le mas­sif du San­cy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.