Di­dier Des­champs, quatre an­nées de ciel bleu ou presque

En poste de­puis août 2012, le sé­lec­tion­neur fran­çais af­fiche un bi­lan très solide

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - EURO 2016 - Ra­phaël Co­quel ra­phael.co­quel@cen­tre­france.com

Le man­dat de Di­dier Des­champs à la tête de l’équipe de France, com­men­cé un soir d’août 2012 au Havre, sur un nul tris­tou­net face à l’Uru­guay (0-0), et riche pour l’heure de 33 vic­toires en 53 matchs, le place dans la li­gnée des meilleurs qui ont oc­cu­pé le poste.

On pense, bien sûr, à Ai­mé Jac­quet qu’il dé­pas­se­ra ce soir au nombre des ren­contres dis­pu­tées, et qu’il re­join­drait au to­tal des vic­toires en­gran­gées en cas de 34e suc­cès contre le Por­tu­gal. Le Bayon­nais ne peut, en re­vanche, pas lut­ter avec son an­cien sé­lec­tion­neur quand il est ques­tion de dé­faites. Lui en compte dé­jà onze en presque quatre an­nées de man­da­ture, quand son aî­né s’était ar­rê­té à trois en cinq ans (1993­1998).

62 % de vic­toires

Avec son ra­tio ac­tuel de 62 % de vic­toires, Di­dier Des­champs de­vance as­sez lar­ge­ment Ray­mond Do­ me­nech (52 %), res­té deux ans de plus en fonc­tion (2004­2010), Mi­chel Pla­ti­ni (55 %), as­sis aus­si long­temps que lui sur le banc des Bleus (1988­ 1992) mais à une époque où ils se pro­dui­saient net­te­ment moins sou­vent (29 matchs), et Laurent Blanc (58 %). Cette sta­tis­tique as­sez élo­quente lui per­met de jouer dans la même cour que Ro­ger Le­merre (64 %), son « boss » lors du sacre eu­ro­péen de 2000, et donc de Jac­quet, qui pos­sède des états de ser­vice équi­va­lents à la vir­gule près à son ad­joint de 1998. Il reste, en re­vanche, à bonne dis­tance du re­cord­man en la ma­tière, Jacques San­ti­ni (20022004) et ses ahu­ris­sants 79 % (22 suc­cès en 28 matchs).

Dé­buts pas simples

De ses quatre an­nées à la tête de l’équipe de France, on rap­pel­le­ra aus­si les dé­buts pas simples, sa pre­mière dé­faite en­re­gis­trée contre le Ja­pon (0­1) dès sa qua­trième sor­tie, sa mau­vaise sé­rie ini­tiale (5 re­vers en onze matches) et la claque re­çue au Bré­sil (3­0) à la fin de sa pre­mière an­née d’exer­cice. Tout ça pa­rait dé­jà loin en 2014, une an­née fon­da­men­tale dans son che­mi­ne­ment, au cours de la­quelle il n’au­ra concé­dé qu’une seule dé­faite, au plus mau­vais mo­ment, contre l’Al­le­magne (0­1) en quart de fi­nale de Coupe du monde. La suite,

c’est sur­tout l’his­toire d’une mon­tée en puis­sance, émaillée de deux­trois ac­ci­dents de par­cours (Bel­gique, Al­ba­nie, An­gle­terre juste après les at­ten­tats de Pa­ris), et une in­vin­ci­bi­li­té qui se pour­suit de­puis dix matchs. Un de plus ce soir, et Di­dier Des­champs sou­lè­ve­ra son pre­mier tro­phée comme sé­lec­tion­neur.

BI­LAN. Di­dier Des­champs a ga­gné 33 de ses 53 matchs de­puis sa prise de fonc­tion en 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.