Ba­rack Oba­ma s’ef­force de pan­ser les plaies

Le pré­sident ren­dra hom­mage sur place, en dé­but de se­maine, aux po­li­ciers tués

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

L’Amé­rique n’est « pas aus­si di­vi­sée que cer­tains le sug­gèrent », a af­fir­mé, hier, Ba­rack Oba­ma face à la vive co­lère contre les abus po­li­ciers aux États-Unis et au trau­ma­tisme créé à Dal­las par un an­cien sol­dat noir, qui a fau­ché sous ses balles 12 agents de po­lice, tuant cinq d’entre eux.

Dans son équi­pée san­glante, mo­ti­vée par son dé­sir de « tuer des po­li­ciers blancs », Mi­cah John­son a se­mé le chaos dans cette grande ville du Texas et cho­qué toute la na­tion amé­ri­caine.

Mais cet in­di­vi­du « dé­ment » ne re­pré­sente ni les Noirs amé­ri­cains, ni « l’es­prit avec le­quel nous de­vons al­ler de l’avant », a ajou­té le pré­sident des ÉtatsU­nis, dans une confé­rence de presse à Var­so­vie, hier.

Le tueur de Dal­las, un homme de 25 ans rom­pu aux tech­ni­ ques de com­bat et do­té d’un ar­se­nal à son do­mi­cile, a été re­dou­ta­ble­ment ef­fi­cace dans ses tirs, avant d’être tué par une force d’élite. Les au­to­ri­tés ont d’abord cru qu’il fai­sait par­tie d’un com­man­do. Il a agi pour ven­ger la mort de deux Noirs abat­tus par la po­lice cette se­maine, l’un en Loui­siane, l’autre dans le Min­ne­so­ta.

Bi­den et « l’âme du pays »

Ces ho­mi­cides cap­tés sur des vi­déos ama­teurs ont cho­qué l’opi­nion pu­blique et ont conti­nué, hier, de faire des re­mous dans le pays, où de nou­velles ma­ni­fes­ta­tions ont eu lieu. Les ap­pels à lut­ter contre les pré­ju­gés ra­ciaux conti­nuaient en pa­ral­lèle à éma­ner de toutes les couches de la so­cié­té, in­quiètes que la si­tua­tion dé­rape vers de nou­velles vio­lences.

« Quand nous sommes mis à l’épreuve, nous ne de­vons pas nous dé­chi­rer. Nous sommes l’Amé­rique, avec des liens qui nous re­lient les uns aux autres. Nous en­du­rons, nous per­sé­vé­rons, nous nous re­le­vons, nous sommes so­li­daires », a dé­cla­ré, hier, le vice­pré­sident amé­ri­cain Joe Bi­den. « C’est à nous de nous le­ver, de par­ler haut et fort de nos dis­pa­ri­tés dans le sys­tème ju­di­ciaire et pé­nal », a­t­il ajou­té : « Quand la balle d’un as­sas­sin vise la po­lice à Dal­las, elle touche aus­si l’âme du pays ».

Le pré­sident Oba­ma a, lui, an­non­cé qu’il al­lait écour­ter son voyage en Europe pour se rendre en dé­but de se­maine à Dal­las.

L’en­quête s’est cen­trée sur le par­cours du tueur, qui ha­bi­tait Mes­quite, une ville de la ban­lieue est de Dal­las. Mi­cah John­son a pas­sé six ans dans l’ar­mée, de 2009 à 2015, avec des spé­cia­li­tés en ma­çon­ne­rie et char­pen­te­rie. Il a été dé­ployé en Af­gha­nis­tan de no­vembre 2013 à juillet 2014. Se­lon le Dal­las

Mor­ning News, il a été ren­voyé par l’ar­mée en 2015 sur la base d’ac­cu­sa­tions de har­cè­le­ment sexuel.

Sur un compte Fa­ce­book at­tri­bué à Mi­cah John­son et désac­ti­vé de­puis, ce der­nier semble sou­te­nir des or­ga­ni­sa­tions de dé­fense des Noirs prô­nant la haine. Sur des pho­tos de ce compte, on le voit le poing ser­ré en l’air, un geste sym­bole des luttes d’éman­ci­pa­tion des Noirs en Amé­rique. Il a agi en « loup so­li­taire », se­lon les au­to­ri­tés.

RÉACTION. Oba­ma va écour­ter sa tour­née eu­ro­péenne. PHOTO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.