LA SE­MAINE DE JACQUES MAILHOT

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SEPTIÈME JOUR -

Hollande et Sar­ko­zy se sont en­fin trou­vé un point com­mun : plus des trois quarts des Fran­çais ne veulent pas de leur can­di­da­ture à la présidentielle. Une telle cote de po­pu­la­ri­té, ça crée des liens !

Heu­reu­se­ment, nos deux pe­tites mains rêvent tout de même d’en dé­coudre en 2017. Le pre­mier ayant ou­blié ses pro­messes et le se­cond n’ayant pu te­nir les siennes, on com­prend qu’ils veuillent « rat­tra­per leur re­tard », comme disent les com­men­ta­teurs du Tour de France.

En cam­pagne, on est un peu dans la si­tua­tion de ces amou­reux tran­sis de­vant la créa­ture dont ils rêvent. On lui pro­met un tas de choses dont on sait par­fai­te­ment qu’elles sont illu­soires. Le seul but étant de par­ve­nir à mettre Ma­rianne dans leur lit.

Le pre­mier nous avait pro­mis la rup­ture ; le se­cond, le chan­ge­ment. La rup­ture n’a pas chan­gé grand­chose et le chan­ge­ment a juste per­mis à Hollande de faire la rup­ture avec ses élec­teurs…

Bref, si les pri­maires en dé­cident, nous ris­quons d’avoir le choix entre un can­di­dat qui veut re­ve­nir et un autre qui ne veut pas par­tir. De nos jours, ex­pul­ser des lo­ca­taires qui ont ou­blié de payer leur dû n’est pas simple.

Force res­tant à la loi, Cé­cile Du­flot doit dé­jà s’en mordre les pha­langes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.