« Toute la nuit, on a en­ten­du le bruit et les tirs des F-16 »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - TURQUIE - San­drine Tho­mas

L’ar­chi­tecte clermontois Mi­chel Douat était, ven­dre­di soir, à Is­tan­bul. Joint hier ma­tin par té­lé­phone, alors qu’il ten­tait de re­joindre l’aé­ro­port, il ra­conte le re­tour au calme après une nuit mou­ve­men­tée.

Lo­gé dans un hô­tel si­tué non loin de la place Tak­sim, le Clermontois Mi­chel Douat a ap­pris les évé­ne­ments en ter­rasse du res­tau­rant où il dî­nait. « Les Turcs par­laient beau­coup entre eux, mais on ne se ren­dait compte de rien. C’est par SMS qu’on a réa­li­sé, étant les seuls à la ter­rasse du res­tau­rant. Et puis ef­fec­ti­ve­ment, on a com­men­cé à voir les avions tour­ner, on s’est de­man­dé ce qu’il se pas­sait. Du res­tau­rant, on voyait très bien le pont blo­qué. Les F­16 vo­laient très bas, ti­raient, c’est as­sez im­pres­sion­nant comme bruit. Puis on s’est ra­pa­trié après avoir en­ten­du des bruits d’armes… »

Hier ma­tin, le Clermontois et son as­so­cié prin­ci­pal, Syl­vain Marchal, ont cher­ché à prendre un avion pour Pa­ris, par l’aé­ro­port Atatürk : « Ce ma­tin, c’était calme. Nous avons vou­lu par­tir sur l’autre aé­ro­port, qui a fi­na­le­ment fer­mé avant que nous ar­ri­vions. Nous sommes sor­tis de l’hô­tel, il n’y avait per­sonne dans les rues. D’après l’am­bas­sade, tout est sous contrôle, Er­do­gan a en­vie de mon­trer qu’il re­prend tout ça en main, et que tout re­vient à la nor­male. »

À 20 heures hier soir, Mi­chel Douat et Syl­vain Marchal étaient de re­tour en France, à Pa­ris. « Sur le tra­jet jus­qu’à l’aé­ro­port, nous avons vu les stig­mates de la nuit : des voi­tures écra­sées par des blin­dés, des routes dé­fon­cées… Dès hier ma­tin, le pou­voir cher­chait à ef­fa­cer et net­toyer toute trace des évé­ne­ments de la nuit ».

TÉ­MOIN. L’ar­chi­tecte clermontois Mi­chel Douat était à Is­tan­bul ven­dre­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.