La pierre de Vol­vic fait bonne route !

Dans les an­nées 30, Mi­che­lin pro­pose de rem­pla­cer les an­ciennes plaques émaillées

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - CLERMONT VIVRE SA VILLE - Pierre-Ga­briel Gon­za­lez pgg@orange.fr

Tout com­mence par un constat des frères Mi­che­lin au sor­tir de la Grande Guerre : leurs plaques mé­tal­liques aux en­trées et sor­ties de vil­lages n’ont pas ré­sis­té au temps !

De­vant le constat que les plaques émaillées n’ont plus très belle al­lure à l’is­sue de la Pre­mière Guerre mon­diale, An­dré Mi­che­lin prend les choses en main. Il se met à la re­cherche d’un ma­té­riau pé­renne, peu oné­reux, pour mon­ter une opé­ra­tion au­da­cieuse à l’échelle de notre pays : celle qui consis­te­rait à pla­cer, à chaque car­re­four des routes de France, une borne per­met­tant aux au­to­mo­bi­listes de se re­pé­rer ai­sé­ment.

Dans le Guide rouge de 1930, Mi­che­lin pré­cise : « Nous at­ti­rons l’at­ten­tion de nos lec­teurs sur les avan­tages que l’on peut ti­rer, pour se di­ri­ger, du nu­mé­ro ad­mi­nis­tra­tif des routes. Tous les au­to­mo­bi­listes ex­pé­ri­men­tés ont sai­si les avan­tages de ce re­père très simple, fa­cile à lire en vi­tesse, com­pré­hen­sible pour les étran­gers.

Rien de plus com­mode que de se ser­vir des dé­no­mi­na­tions : N 13, D 8, GC 40, IC 105… (com­pre­nez : Route na­tio­nale n° 13, dé­par­te­men­tale n° 8, che­min de grande com­mu­ni­ca­tion n° 40, che­min d’in­té­rêt com­mun n° 105). Elles fi­gurent sur nos cartes, on les re­trou­ve­ra sur les bornes d’angle Mi­che­lin… »

Après de nom­breux es­sais, le choix de Mi­che­lin se porte sur un ma­té­riau très « au­ver­gnat », la pierre de Vol­vic émaillée. Du so­lide !… Des es­sais ont lieu lo­ca­le­ment, ils sont concluants. En 1930, un voyage d’étude réunit dans notre dé­par­te­ment de hautes au­to­ri­tés car il s’agit de don­ner l’au­to­ri­sa­tion à une so­cié­té pri­vée d’oc­cu­per, fut­ce pour la bonne cause, une par­tie de l’es­pace pu­blic.

Le 21 oc­tobre, quelques di­zaines de « Mes­sieurs à re­din­gotes et cha­peaux hauts de forme » font le voyage de Paris vers Clermont en train. Par­mi eux, An­dré Tar­dieu, le mi­nistre des Tra­vaux pu­blics, son di­rec­teur de ca­bi­net, le pré­sident du Tou­ring­Club de France (TCF) et de nom­breux jour­na­listes.

La vi­site a lieu en au­to­mo­bile et per­met de par­cou­rir ai­sé­ment les routes ju­di­cieu­se­ment « ba­li­sées » par les bornes Mi­che­lin. Se­lon le bul­le­tin de liai­son du TCF, elle a aus­si été ja­lon­née par un « suc­cu­lent dé­jeu­ner au Pa­ra­dis à Royat et un vin d’hon­neur au sommet du puy de Dôme… »

Le par­rai­nage bien­veillant d’un mi­nistre

Quelques se­maines plus tard, Mi­che­lin est au­to­ri­sé of­fi­ciel­le­ment à dé­ployer ses bornes sur le tra­cé de la grande route tou­ris­tique de l’époque, la Na­tio­nale 7. En 1931, le Guide rouge com­mente les pro­grès de l’opé­ra­tion : « Près de 800 bornes d’angle ont été po­sées dans le dé­par­te­ment du Puy­de­Dôme et un vaste pro­gramme de plus de 6.000 bornes est en cours d’exé­cu­tion sur un cer­tain nombre de routes… Avec l’ap­pro­ba­tion du mi­nis­tère des Tra­vaux Pu­blics, nous ja­lon­nons ac­tuel­le­ment en­tiè­re­ment, de Paris à Men­ton, la Route Na­tio­nale n° 7… »

Très ra­pi­de­ment, les bornes Mi­che­lin sont com­plé­tées par des pan­neaux, des plaques de di­rec­tion, des murs droits, des murs d’angle, des plaques de lo­ca­li­sa­tion aux­quels s’ajoutent quelques pan­neaux de dan­ger et de prio­ri­té. Tous portent un ban­deau su­pé­rieur in­di­quant le nom de Mi­che­lin, souvent en par­te­na­riat avec un Au­to­mo­bile­Club lo­cal ou le Tou­ring­Club de France.

Comme Mi­che­lin ne passe ja­mais à cô­té de l’avis de ses lec­teurs, le ré­dac­teur du Guide ajoute : « Nous re­ce­vrons bien vo­lon­tiers les re­marques, ob­ser­va­tions et sug­ges­tions que pour­raient nous faire par­ve­nir les au­to­mo­bi­listes ayant cir­cu­lé sur des iti­né­raires ja­lon­nés à l’aide de la Borne d’angle Mi­che­lin… »

INTÉGRÉE. Borne d’angle entre Man­zat et les An­cizes dans le Puy-de-Dôme, en par­te­na­riat avec l’Au­to­mo­bile-Club d’Au­vergne. © PGG

ILLUSTRATION. Des­sin de Grand’Aigle pour un pro­jet de borne qui ne ver­ra pas le jour. © PA­TRI­MOINE MI­CHE­LIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.