Bas­tien Du­cul­ty, de quelques mil­li­mètres

Sé­bas­tien Four­net­Fayard conserve le maillot jaune avec cinq se­condes d’avance

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS CYCLISME - Ni­co­las Canizares Twit­ter : @Ni­co­Ca­ni­zares

« J’ai je­té le vé­lo au bon mo­ment »

Bas­tien Du­cul­ty a rem­por­té la deuxième étape du Tour d’Au­vergne, hier, en s’ad­ju­geant un sprint fou dans les rues de Tauves, avec six autres cou­reurs.

Dé­ci­dé­ment, le Tour d’Au­vergne 2016 sou­rit aux lo­caux de l’étape. Après la vic­toire de Sé­bas­tien Four­netFayard (Team Pro Im­mo), ven­dre­di lors de la pre­mière étape, c’est un an­cien de la for­ma­tion cour­non­naise qui a triom­phé dans les rues de Tauves. Bas­tien Du­cul­ty, qui avait rou­lé sous les cou­leurs du Team Pro Im­mo en 2014, est au­jourd’hui so­cié­taire de la for­ma­tion Ville­franche Beau­jo­lais.

Sur cette étape longue de 164 km, les der­niers mètres, voire mil­li­mètres, ont été les plus im­por­tants. À l’arrivée, après plu­sieurs mi­nutes de flou, le cou­reur de 23 ans ap­pre­nait sa vic­toire. Il ra­conte : « Ça se joue sur la photo fi­nish. J’étais bien par­ti en pre­nant, en tête, le der­nier vi­rage qui était très dif­fi­cile. Il ne res­tait plus que 200 mètres. Je sa­vais que j’étais fort au sprint donc j’ai tout don­né. Ils sont re­mon­tés sur ma gauche à pleine vi­tesse. J’ai je­té le vé­lo au bon mo­ment. » Le flou, c’est aus­si le terme à uti­li­ser pour dé­crire l’in­ dé­ci­sion de cette se­conde étape ryth­mée par des at­taques suc­ces­sives.

Jus­qu’à Avèze (en­vi­ron 100 ki­lo­mètres de course), plu­sieurs concur­rents sor­taient du pe­lo­ton. Les hommes de tête, qui ont flir­té un temps avec les deux mi­nutes d’avance sur le pe­lo­ton, n’ont ja­mais réus­si à prendre le large face à l’im­pul­sion du Team Pro Im­mo et de son maillot jaune Four­netFayard, qui pro­vo­quait un re­grou­pe­ment gé­né­ral au ni­veau de La­rodde (110 km).

Le ren­dez­vous pour un sprint mas­sif était pris, mais la tête de pe­lo­ton ne sui­vait pas le rythme im­po­sé, comme l’ex­plique le vain­queur de l’étape : « Au sommet du der­nier GPM (grand prix de la mon­ta­ gne, ndlr), on s’est fait la guerre. »

Et tout le monde n’en est pas sor­ti in­demne. La par­tie basse du pe­lo­ton ex­plo­sait et plu­sieurs pe­tits groupes se for­maient. Sept cou­reurs vi­raient alors en tête dans les trente der­niers ki­lo­mètres, mais l’ex­pli­ca­tion de texte ne s’ef­fec­tuait que dans le der­nier ki­lo­mètre.

Au fi­nal, trois sprin­teurs se ti­raient la bourre dans Tauves : Bas­tien Du­cul­ty, Simon Gu­gliel­mi et Mar­tin Sal­mon. Du beau monde les ac­com­pa­gnait en la per­sonne de Yoann Paillot, ré­cent cham­pion de France ama­teur du contre­la­montre à Ve­soul. Ce­la a per­mis au cou­reur d’Océane Top 16 de ra­fler la se­conde place du gé­né­ral, der­rière Four­net­Fayard, qui ne se­ra pas tran­quille au­jourd’hui. « Tout va se jouer sur les fins d’étape. On va es­sayer de faire trem­bler le maillot jaune », as­su­rait Du­cul­ty, qui tem­pé­rait, en confiant : « Main­te­nant, pour moi, ce n’est que du bo­nus. »

PHOTO FI­NISH. La vic­toire d’étape ne s’est pas jouée à grand-chose. Les trois cou­reurs (Bas­tien Du­cul­ty à g., Simon Gu­gliel­mi au c. et Mar­tin Sal­mon à d.) ont dû at­tendre quelques mi­nutes avant de connaître le ver­dict de la photo sur la ligne. PHOTO PIERRE COUBLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.