Cas­sang es­pé­ré au tour­nant

Le jeune de­mi de mê­lée de l’ASM à une pé­riode char­nière

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS AUVERGNE - Va­lé­ry Le­fort

Con­si­dé­ré comme un sé­rieux es­poir au poste de de­mi de mê­lée, Char­lie Cas­sang (21 ans) re­vient à Clermont après une pa­ren­thèse mi­ti­gée à Bayonne. Avec l’en­vie, cette fois, de sai­sir sa chance.

Chose rare, l’ASM a cas­sé sa ti­re­lire pour ar­ra­cher le jeune Char­lie Cas­sang à son club for­ma­teur, le SU Agen. De­puis deux ans, on ne peut pas dire que l’in­ves­tis­se­ment a ­ pour l’ins­tant ­ été payé de re­tour. Con­si­dé­ré comme un grand es­poir au poste de n°9 en France, le jeune homme s’est vite brû­lé les ailes.

Il y avait d’abord eu sa seule et unique ap­pa­ri­tion en pro en avril 2015 lors­qu’une ASM re­mo­de­lée s’était fait pié­ger à do­mi­cile par Oyon­nax (10­11). Passe en­core, mal­gré une chis­te­ra ra­tée. Mais sur­tout, l’an pas­sé en dé­but de sai­son, ar­ri­mé au groupe pro, Cas­sang a cette fois ra­té le bon wa­gon.

À la rue phy­si­que­ment, dé­bor­dé par San­ga et Ra­do, tous deux dans le sillage de Par­ra. Il re­con­ naît au­jourd’hui son er­reur. « Je ne peux n’en vou­loir qu’à moi­même ». D’au­tant que ses in­suf­fi­sances dé­teignent vite… « For­cé­ment, quand tu n’es pas prêt, les autres le sentent. Et ce­la joue sur l’en­tente avec le groupe ». Ajou­tez à ce­la que le mi­not n’est pas le der­nier à se faire re­mar­quer… « Par­tout où je suis pas­sé avant, je n’avais pas l’ha­ bi­tude de ne pas être lea­der. Ça s’ap­prend. Il faut sa­voir fer­mer son cla­pet. J’ai pris des claques. Là, je reste à ma place. De tout ce­la, je re­tiens que j’ai alors man­qué de ma­tu­ri­té ».

Une ana­lyse et un aveu cou­ra­geux qui, au­de­là de fautes de jeu­nesse évi­dem­ment ex­cu­sables, confirment une na­ture al­truiste et une lu­ci­di­té nou­velle. « C’est une an­née char­nière pour moi, je le sais ».

Pour le re­lan­cer à l’au­tomne der­nier, l’ASM l’a prê­té à Bayonne (Pro D2). Et quoi ? Deux ti­tu­la­ri­sa­tions der­rière l’in­tou­chable Rouet. Mais au ­de­là d’un bi­lan spor­tif contras­té (mais l’Avi­ron vou­lait le gar­der), une prise de conscience vi­si­ble­ment sal­va­trice. « Ce­la m’a fait du bien de voir un autre contexte. Pa­ra­doxa­le­ment, ce­la m’a aus­si per­mis de voir que la ri­gueur cler­mon­toise me man­quait. Ce­la, je l’ai ap­pris ici ».

Du coup, cette an­née, pas de fies­ta à go­go. « Je suis re­ve­nu dé­but juillet pour bos­ser à Clermont ». L’appel du pied de l’ASM le conforte dans son en­vie de pas­ser à autre chose. « Je sais que je dois mon­trer un autre vi­sage. Si on m’a re­pris, c’est que je dois avoir la ca­pa­ci­té. À moi de m’y fier pour ré­pondre aux at­tentes ».

Voi­là donc Cas­sang re­lan­cé. À lui de prou­ver. Comme a su le faire ­ à force de tra­vail et d’ab­né­ga­tion ­ un cer­tain Maxime Ma­che­naud, qu’il a long­temps cô­toyé au SU Agen.

RELANCE. Comme ses co­équi­piers, Cas­sang a re­trou­vé le ter­rain dès mer­cre­di. « J’ai pris des claques, mais je ne peux n’en vou­loir qu’à moi-même ». PHOTO PIERRE. COUBLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.