Ho­ri­zons Arts Na­ture fête ses dix ans !

Ho­ri­zons arts San­cy per­met de se ba­la­der en dé­cou­vrant d’éton­nantes ins­tal­la­tions

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - Vé­ro­nique La­coste-Met­tey ve­ro­nique.met­tey@cen­tre­france.com

Pour sa dixième édi­tion, Ho­ri­zons Arts Na­ture en San­cy a pris de la hau­teur. En­fi­lez vos chaus­sures de marche, n’ou­bliez ni crème so­laire ni lu­nettes et sur­tout pas votre ap­pa­reil photo ou votre smart­phone (on a du ré­seau !) : ces ran­don­nées-là vous en met­tront plein des yeux !

Pour ne pas ran­don­ner idiot, avec Ho­ri­zons Arts Na­ture en San­cy, il n’y a pas de risque ! S’of­frir une sor­tie cultu­relle en dé­pen­sant un peu d’éner­gie et en pre­nant l’air : c’est ce que pro­pose ce fes­ti­val d’art contem­po­rain qui fête cette an­née sa dixième édi­tion.

Dix ar­tistes ou groupes d’ar­tistes ont été re­te­nus (sur plus de 200 can­di­da­tures ve­nues du monde en­tier). Ils ont ins­tal­lé dix oeuvres d’art dans dix lieux afin qu’elles se fondent le mieux pos­sible dans la na­ture, qu’elles en épousent les formes, l’esprit. Quatre d’entre elles sont consi­dé­rées comme d’ac­cès « dif­fi­cile ». Quoi qu’il en soit et se­lon votre forme phy­sique, si vous vou­lez voir toutes les oeuvres, compte te­nu de la dis­tance entre elles, il fau­dra bien ve­nir deux fois.

Des grottes qui se mé­ritent. 1 L’ar­tiste Ju­lien Amil­lard a choi­si les grottes de Châ­teau­neuf, au­des­sus de Saint­Nec­taire, pour y ins­tal­ler son oeuvre. Un « Ta­bou du ter­rier » que l’on at­teint après une heure et de­mie et trois ki­lo­mètres de marche en­vi­ron de­puis le par­king Ho­ri­zons –le par­king de l’église de Saint­Nec­taire­le­Haut. On ac­cède à cette fresque par une pas­se­relle en alu­mi­nium de quatre mètres. Son tra­vail est « un hom­mage à l’his­toire pic­tu­rale : des pein­tures ru­pestres jus­qu’au street art contem­po­rain ». L’ar­tiste a tra­vaillé « à l’an­cienne », avec ar­gile, jaune d’oeuf, fu­sain. « Il en pro­fite aus­si pour cri­ti­quer l’archéologie tou­ris­tique », ajoute Ma­ga­lie Vas­se­net, res­pon­sable de la ma­ni­fes­ta­tion.

Des Re­liefs qui épousent 2 les crêtes. L’oeuvre de Cla­ra Gal­let et Guillaume Dronne est ins­tal­lée dans un pré, sous le pic du Ca­pu­cin. On y ar­rive par le Mont Dore en sui­vant la di­rec­tion de La Tour d’Au­vergne par la D 213 puis la D 645. Après 2,5 km, tour­ner à gauche di­rec­tion Le Sa­lon du Ca­pu­cin et ga­rez­vous sur le par­king. C’est ici que tout com­mence. Vous voi­là par­ti pour trois ki­lo­mètres de ba­lade dans les bois en lé­ger dé­ni­ve­lé, avant une as­cen­sion un peu plus raide pour ac­cé­der à ces « Re­liefs » qui épousent les formes du mas­sif du San­cy. La vue est splen­dide de­puis cette « pas­se­relle poé­tique entre l’homme et la na­ture » si­gnée de deux spé­cia­listes de scé­no­gra­phie. On re­des­cend par le che­min et quelque 5.000 pas plus tard, on est prêt pour d’autres aven­tures ar­tis­tiques au sommet.

Une éva­sion bien ten­tante. 3 Pour ac­cé­der au puy de Per­tuy­zat, il faut sor­tir de Besse, prendre la di­rec­tion de Su­perBesse et em­prun­ter tout de suite à gauche, en di­rec­tion de La Faux, la D 149. Conti­nuer sur en­vi­ron un ki­lo­mètre et se ga­rer de­vant le foyer de ski de fond. Cette « ten­ta­tive d’éva­sion » est une coque de ba­teau échoué là. Al­lu­sion au nom que donne Ro­bin­son Cru­soé au na­vire qui lui per­met­trait de quit­ter l’île. La ré­flexion de Vincent Che­vil­lon va plus loin, lui qui pose la ques­tion de l’éphé­mère in­con­grui­té de cet ob­jet de pas­sage.Pour une pause au sommet. 4 « Nil nove sub sole » : drôle de nom pour une ren­contre à la­quelle Quentin Ha­try et Ju­lien Boucq nous in­vitent. Leur oeuvre, si­tuée au Pic Saint­Pierre et ac­ces­sible en 50 mi­nutes du par­king, re­prend la forme d’un cra­tère et in­vite le pu­blic à s’ins­tal­ler, s’as­seoir le temps d’une pause. « Cet es­pace cir­cu­laire crée un contexte convi­vial fa­ci­li­tant les échanges et le par­tage ». Pour­quoi se pri­ver d’une telle ren­contre au sommet ?

À L’HO­RI­ZON. Un sous-bois très ac­ces­sible à La Bour­boule où vous at­tend un mo­bile en équi­libre entre les arbres ; un tun­nel de cou­leur sur les hau­teurs du Val­be­leix ; une « ten­ta­tive d’éva­sion » en ba­teau de­puis Besse… PHOTOS MANON SABY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.