Le sergent Du­ver­ger et le « don de soi »

Dé­jà 1.200 Au­ver­gnats ont re­joint la ré­serve na­tio­nale dont 700 dans la gen­dar­me­rie

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - RÉGION ACTUALITÉ - Jean-Paul Gon­deau

Dé­jà 1.200 Au­ver­gnats se sont en­ga­gés dans les rangs de la ré­serve na­tio­nale de­puis le mas­sacre du Ba­ta­clan. À l’image de l’in­fir­mière Ma­rie Du­ver­ger qui parle de « don de soi ».

Après l’at­ten­tat de Nice, Fran­çois Hol­lande ap­pelle aux ren­forts ré­ser­vistes. Le pré­sident de la Ré­pu­blique en es­père 15.000 sup­plé­men­taires dés cet été dans l’ar­mée, la ma­rine, l’avia­tion, la po­lice et la gen­dar­me­rie sur un to­tal de 57.000 opé­ra­tion­nels à ce jour.

Au Centre du ser­vice na­tio­nal (CSN) de Cler­mont (*), Sté­phane Rays­sac, char­gé de com­mu­ni­ca­tion, a d’ores et dé­jà re­cen­sé 1.200 en­ga­gés, dont 700 af­fec­tés dans la gen­dar­me­rie et 400 dans l’ar­mée de terre.

Un pre­mier dé­compte qui semble an­non­cer une mon­tée ex­po­nen­tielle : « De­puis le Ba­ta­clan, tous les CSN en­re­gistrent une aug­men­ta­tion de 30 % des de­mandes. Pour 2017, sur l’en­semble de la France, nous nous orien­tons vers les 17.000 ré­ser­vistes ». La mo­bi­li­sa­tion des es­prits n’a plus rien de pla­to­nique si l’on com­prend Sté­ phane Rays­sac, lui­même pro­fes­seur d’his­toire­géo dans le ci­vil à Tou­louse : « La dé­fense n’est pas que l’af­faire des mi­li­taires. On parle aux can­di­dats de la glo­ba­li­té dé­fense et sé­cu­ri­té. On ne peut plus res­ter en de­hors, il faut que cha­cun soit concer­né ».

« Avant les at­ten­tats, c’était pour rendre ser­vice, confirme l’ad­ju­dant de gen­dar­me­rie Michel Nan­ty, char­gé des re­la­tions pu­bliques au CSN de Cler­mont, main­te­nant, c’est plus pour ho­no­rer son pays… ».

« Si je peux les ai­der… »

Ma­rie Du­ver­ger est l’un de ces ré­ser­vistes ci­vils opé­ra­tion­nels qui re­pré­sentent 40 % des ef­fec­tifs. Cette in­fir­mière dans le pu­blic, âgée de 33 ans, fille d’agri­cul­teurs bour­bon­nais et mère de deux en­fants, est sergent­chef dans la ré­serve de san­té et joint à des ar­gu­ments tech­niques une mo­ti­va­tion pa­trio­tique : « Sur le plan pro­fes­sion­nel, j’avais en­vie de dé­cou­vrir autre chose, d’autres codes, d’autres règles, d’autres modes de soins, une cer­taine ri­gueur… Et puis ré­ser­viste, c’est s’en­ga­ger pour son pays. Ce­la par­ti­cipe du don de soi dont est fait mon mé­tier. Et puis, je ne cache pas mon ad­mi­ra­tion pour les sol­dats qui sont prêts à don­ner leur vie. Si je peux les ai­der et sou­la­ger mes col­lègues mi­li­taires… ».

(*) La France compte tren­te­trois CSN ré­par­tis en six ré­gions. Le centre de Cler­mont ap­par­tient à la ré­gion sud­est au même titre que Lyon, Mar­seille, Nice, Per­pi­gnan, Gre­noble et Nîmes.

EN­GA­GE­MENT. Le sergent-chef Ma­rie Du­ver­ger, IGF 1 G (R) dans le lan­gage mi­li­taire, c’est-à-dire in­fir­mier soins gé­né­raux, pre­mier grade de ré­serve. PHO­TO CENTRE DU SER­VICE NA­TIO­NAL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.