« Être sur la sel­lette… »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Ga­vin’s Cle­mente Ruiz

Ce­la ne fait ja­mais plai­sir d’être sur la sel­lette. C’est même mau­vais signe et n’au­gure rien de bon !

Dans mon La­rousse, une sel­lette au­jourd’hui dé­signe un pe­tit gué­ri­don. Mais notre ex­pres­sion re­monte au XIVe siècle et fait ici ré­fé­rence à un pe­tit siège en bois où les ac­cu­sés étaient obli­gés de s’as­seoir quand ils étaient condam­nés et ame­nés au tri­bu­nal.

Trop pe­tite, la sel­lette met­tait na­tu­ rel­le­ment l’ac­cu­sé plus bas que terre, bien plus bas en tout cas que les juges ap­pe­lés à le ju­ger. sur un siège éjec­table, ce qui n’est pas plus ras­su­rant ! Il est éga­le­ment pos­sible de lire « mettre quel­qu’un sur la sel­lette ».

Tout aus­si ima­gé… On as­somme son in­ter­lo­cu­teur de ques­tions comme au cours d’un in­ter­ro­ga­toire pour ob­te­nir une ré­ponse, le mettre en porte­à­faux, dans une si­tua­tion in­con­ve­nante, comme au­tre­fois, sur ce pe­tit siège en bois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.