Clin­ton et Trump au coude­à­coude

55 % d’Amé­ri­cains ont une image né­ga­tive de la can­di­date dé­mo­crate contre 57 % de son ri­val ré­pu­bli­cain

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

À cent un jours de l’élec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine, la dé­mo­crate Hilla­ry Clin­ton et le ré­pu­bli­cain Do­nald Trump se sont échar­pés à dis­tance, ven­dre­di, cha­cun ten­tant de ca­pi­ta­li­ser, mal­gré leur im­po­pu­la­ri­té, sur l’ef­fet mé­dia­tique des conven­tions de leur par­ti res­pec­tif.

Ces deux der­nières se­maines, ré­pu­bli­cains et dé­mo­crates ont for­mel­le­ment dé­si­gné leur cham­pion pour conqué­rir la Mai­son Blanche le 8 no­vembre, aus­si im­po­pu­laire l’un que l’autre dans l’en­semble de la po­pu­la­tion amé­ri­caine.

Hilla­ry Clin­ton, 68 ans, est en­trée dans l’his­toire à Phi­la­del­phie en de­ve­nant la pre­mière femme in­ves­tie par un grand par­ti amé­ri­cain pour la pré­si­den­tielle. Ven­dre­di, elle a ex­hor­té ses com­pa­triotes à ne pas cé­der au mes­sage po­pu­liste de son ri­val, leur pro­po­sant à la place un pro­jet pro­gres­siste cen­tré sur l’éco­no­mie.

Ré­gions ou­bliées

Avec son co­lis­tier Tim Kaine, elle est par­tie de Phi­la­del­phie vers la « Rust Belt », ces ré­gions dés­in­dus­tria­li­sées de l’ouest de la Penn­syl­va­nie et de l’Ohio, afin de pro­mou­voir le plan d’in­ves­tis­se­ment qu’elle veut faire adop­ter si elle est élue dans les cent pre­miers jours de son man­dat – le plus grand de­puis la Se­conde guerre mon­diale, se­lon elle.

« Je vais ap­por­ter une at­ten­tion par­ti­cu­lière aux ré­gions du pays qui ont été ou­bliées », a­t­elle dé­cla­ré lors d’un court mee­ting. Ac­cu­sant l’homme d’af­faires new­yor­kais de mul­ti­plier les pro­messes creuses, elle a cher­ché à cas­ser son image de réus­site, rap­pe­lant que ses ca­si­nos avaient dé­po­sé quatre fois le bi­lan.

Dans un cor­tège de plus d’une ving­taine de vé­hi­cules, dont deux au­to­cars bleus sur les­quels étaient ins­crits en grandes lettres le slo­gan de la cam­pagne, « Plus forts en­semble », les couples Clin­ton et Kaine se sont d’abord ar­rê­tés dans une usine de jouets à Hat­field, illus­trant la prio­ri­té que l’éven­tuelle pré­si­dente Clin­ton ac­cor­de­rait à l’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière. Le même au­to­car a en­suite ser­vi d’ar­rière­ plan à leur der­nière étape de la jour­née, un mee­ting en plein air à Har­ris­burg.

« Je ne re­con­nais pas le pays dé­crit par Do­nald Trump, a lan­cé Hilla­ry Clin­ton dans la nuit chaude. Je ne re­con­nais pas la mé­chan­ce­té, l’in­to­lé­rance, les van­tar­dises, l’in­ti­mi­da­tion. Les Amé­ri­cains ne sont pas comme ça. »

Do­nald Trump a, de son cô­té, af­fir­mé qu’il ne mé­ na­ge­rait plus sa ri­vale et qua­li­fié le dis­cours pro­non­cé par Hilla­ry Clin­ton jeu­di à la conven­tion dé­mo­crate de « moyen », la trai­tant en outre de men­teuse dans l’af­faire de sa mes­sa­ge­rie pri­vée.

Im­mi­gra­tion

« Je com­mence à être d’ac­cord avec vous », a dit l’homme d’af­faires de 70 ans à Co­lo­ra­do Springs, alors que ses par­ti­sans scan­daient : « En­fer­mez­la ! » « J’en­lève les gants, a­t­il an­non­cé. Trump va ar­rê­ter d’être gen­til. »

L’homme d’af­faires a mis le « re­tour à l’ordre pu­blic » au centre de sa cam­pagne, pro­met­tant de « ser­rer la vis de l’im­mi­gra­tion » et d’en­di­guer la cri­mi­na­li­té alors qu’une hausse des ho­mi­cides est en­re­gis­trée dans cer­taines grandes villes amé­ri­caines.

Mais Hilla­ry Clin­ton et Do­nald Trump souffrent tous les deux du même pro­blème : une ma­jo­ri­té d’Amé­ri­cains en a une image né­ga­tive – 55 % pour la dé­mo­crate et 57 % pour le ré­pu­bli­cain, se­lon la moyenne des ré­cents son­dages.

« Sou­tien né­ga­tif »

Les ex­perts s’at­tendent à ce que le « sou­tien né­ga­tif », à sa­voir vo­ter contre un can­di­dat plu­tôt que pour un can­di­dat, joue un rôle im­por­tant dans ce scru­tin.

De grands noms du par­ti ré­pu­bli­cain, comme l’an­cien can­di­dat à la Mai­son Blanche Mitt Rom­ney, ont pu­bli­que­ment in­di­qué qu’ils ne vo­te­raient pas pour Do­nald Trump.

Les pro­chains jours don­ne­ront une idée de l’ef­fet de la conven­tion dé­mo­crate, im­pec­ca­ble­ment or­ches­trée mal­gré les pro­tes­ta­tions de dé­lé­gués fi­dèles à Ber­nie San­ders, sur l’image de l’an­cienne chef de la di­plo­ma­tie.

Après la conven­tion ré­pu­bli­caine, Do­nald Trump avait rat­tra­pé sa ri­vale dans plu­sieurs son­dages.

PAR DÉ­FAUT. Vo­ter contre un can­di­dat plu­tôt que pour un can­di­dat joue­ra un rôle im­por­tant dans ce scru­tin, se­lon les ex­perts. PHO­TOS AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.