Co­lom­bie-Bri­tan­nique entre terre et mer

Re­trou­vez la chronique du Puy­dô­mois Pierre Ro­bin, par­ti tra­ver­ser le Ca­na­da à vé­lo d’ouest en est

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME ACTUALITÉ -

Le Puy-de-Dô­mois Pierre Ro­bin a en­tre­pris un pé­riple à vé­lo qui lui fait tra­ver­ser le Ca­na­da d’ouest en est. L’oc­ca­sion de dé­cou­vrir des pay­sages ex­cep­tion­nels et de faire de belles ren­contres qu’il ra­conte chaque di­manche.

Le fer­ry quitte Skag­way et fend une mer d’huile le long du che­nal de Lynn. Le ter­mi­nal de Ju­neau est à 22 km du centre­ville. Aus­si je passe la nuit dans le cam­ping en self­ser­vice de la fo­rêt Ton­gass, au bord de la baie d’Auke, pré­ci­sé­ment là où vi­vaient les pre­miers « Til­git » qui peu­plaient il y a 5.000 ans cette par­tie de l’Alas­ka. Les ours noirs sont nom­breux dans cette par­tie du ter­ri­toire et ma nuit est agi­tée.

Men­den­hall sans connexion rou­tière

Dans la ma­ti­née, je me rends au pied du gla­cier de Men­den­hall qui sur­plombe la ville. Le fleuve de glace aux belles nuances de bleu plonge dans le lac. C’est une manne tou­ris­tique pour la ville et de nom­breux pa­que­bots de croi­sière y font es­cale. Ju­neau a été fon­dée par les cher­cheurs d’or. D’abord comme site mi­nier, 800.000 tonnes d’or y ont été ex­traites, puis comme étape vers le nord Alas­ka. Au­jourd’hui, c’est une des rares villes de 33.000 ha­bi­tants sans connexion avec un ré­seau rou­tier. Elle n’est en ef­fet re­liée que par voie ma­ri­time et dé­sor­mais un aé­ro­port. Ce han­di­cap, elle le trans­for­ me en atout ex­cep­tion­nel. On ne trouve nulle part ailleurs un en­vi­ron­ne­ment aus­si pré­ser­vé qu’à Ju­neau. J’ai ain­si pu as­sis­ter au spec­tacle ma­gni­fique et triste à la fois de la re­mon­tée de ri­vières par des cen­taines de sau­mons, ve­nant per­pé­tuer le cycle de la vie après un par­cours de plus de 3.000 km de­puis la mer de Bé­ring. At­ ta­qués par de vo­races goé­lands et une concen­tra­tion d’aigles py­gargues, les ca­davres du fes­tin par­se­maient le che­nal de Gas­ti­neau qui conduit au port.

Je quitte Ju­neau pour une tra­ver­sée de l’ar­chi­pel d’Alexan­der jus­qu’à Prince Ru­pert. Le fer­ry se glisse de nuit entre un cha­pe­let d’îles et fait es­cale dans les ports de pêche de Pe­ters­burg, Wran­gell et Ket­chi­kan. L’aube se lève sur la masse noire de di­zaines de ba­leines Hump­blak qui soufflent en sur­face sur le mi­roir d’une mer étale. Au loin, une bande de dau­phins re­monte la côte comme des flèches d’ar­gent en bor­dure du che­nal. L’Alas­ka de­meure, pour le bien de l’hu­ma­ni­té, cette ré­serve mon­diale in­dis­pen­sable aux es­pèces ma­rines.

C’est par un épais brouillard que je dé­barque à Prince Ru­pert. C’est ici que dé­marre la deuxième par­tie de mon voyage. Cap sur les mon­tagnes de la Co­lom­bie­Bri­tan­nique. J’ai des four­mis dans les roues. Je vais être bien ser­vi avec une en­tame de par­cours vent ar­rière. Pour un cy­cliste avec des ba­gages ce­la si­gni­fie 25 km/h au lieu de 15 ! La route épouse les courbes de la Skee­na ri­ver. Le pay­sage est gran­diose. D’abord un fleuve large, puis­sant mais tran­quille, vert trans­lu­cide, avec de beaux méandres, des bancs de sable et de gra­viers où des di­zaines de pê­cheurs sont pos­tés. En­suite une val­lée al­pine en­cais­sée, les « Ha­zel­tone moun­tains », dont les pics, re­vê­tus de glace, sont boi­sés de hauts sa­pins. La ville de Ter­race re­ven­dique la fi­lière in­dus­trielle du bois. Je par­tage d’ailleurs au quo­ti­dien ma route avec un bal­let de ca­mions, char­gés de troncs. Ils sont de­ve­nus les com­pa­gnons d’un dan­ger per­ma­nent.

Tout tourne au­tour du sau­mon

Mais bien­tôt ce pay­sage de mon­tagne fait place au pla­teau in­té­rieur agri­cole ou de jo­lies fermes sèment dans les prés, fo­rêts ou pe­tits lacs une note de cou­leur vive. A Mo­ri­ce­town, j’ai la sur­prise d’as­sis­ter dans les gorges de la « Bulk­ley ri­ver », af­fluent de la Skee­na, à la cap­ture et au mar­quage de sau­mons en pré­sence des agents de l’en­vi­ron­ne­ment. Le sau­mon ici est plus qu’une source de re­ve­nu, c’est une vraie culture dont le Ca­na­da sur­veille le cycle de vie.

Pour ma part, je file vers Prince Georges, mais c’est une autre his­toire…

Chronique. Re­trou­vez chaque di­manche les aven­tures de Pierre Ro­bin. Vous pou­vez voir pho­to et iti­né­raires sur www.cy­clo­pede63.com

LE GLA­CIER DE MEN­DEN­HALL. La mer de glace at­tire les tou­ristes qui dé­barquent par pa­que­bots en­tiers à Ju­neau, en Alas­ka. PHO­TO DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.