Un test XXL pour les Fran­çais

Avant les quarts, les Bleus jouent les USA (19 h 15)

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - JEUX OLYMPIQUES - RIO 2016 -

Les dif­fi­cul­tés im­pré­vues des Amé­ri­cains de­puis le dé­but des Jeux Olym­piques ont ai­gui­sé les ap­pé­tits, mais le sé­lec­tion­neur fran­çais Vincent Col­let s’at­tend plu­tôt à une vio­lente ré­ac­tion des stars de la NBA lors du der­nier match de poule Fran­ceUSA ce soir (19 h 15).

Dix points d’avance contre l’Aus­tra­lie mer­cre­di (98­88), trois seule­ment contre la Ser­bie ven­dre­di (94­91) et sou­dain, Ke­vin Du­rant, Car­me­lo An­tho­ny, Ky­rie Ir­ving, Paul George et les autres ne pa­raissent plus aus­si in­vin­cibles.

Le tir of­fert à Bog­dan Bog­da­no­vic, le meilleur shoo­teur serbe, pour éga­li­ser à la si­rène a lais­sé son­geur le sé­lec­tion­neur, ain­si que le ­15 en­cais­sé par les États­Unis dans les 32 der­nières mi­nutes du match, alors qu’ils me­naient 23­5 à la 8e. Mais Col­let ne veut pas se faire d’illu­sion.

Pas un match pour se re­po­ser

« Cette pe­tite pi­qûre de rap­pel après celle de mer­cre­di va cer­tai­ne­ment les in­ci­ter à mon­ter (en ré­gime). Mer­cre­di, ils met­taient ça sur le compte d’un manque de concen­tra­tion après deux matchs fa­ciles contre la Chine et le Ve­ne­zue­la. Ils avaient été sur­pris par la du­re­té aus­tra­lienne. Là, ils ont été pous­sés dans leurs re­tran­che­ments », a es­ti­mé Col­let.

« Il faut s’at­tendre à une forte ré­ac­tion di­manche (au­jourd’hui, ndlr), mais pour nous c’est une bonne chose, car ça nous pré­pa­re­ra au quart de fi­nale », a­t­il ajou­té. Le sé­lec­tion­neur ne s’aven­ture pas à par­ler de vic­toire pos­sible, mais seule­ment d’une « au­baine » pour tra­vailler en « pro­fi­tant du rythme de la meilleure équipe du monde ».

Pour­tant, un suc­cès au­rait l’avan­tage de don­ner la pre­mière place du groupe à l’Aus­tra­lie et ain­si d’évi­ter aux Bleus, qui res­te­ront troi­sièmes, de re­trou­ver dans une po­ten­ tielle de­mi­fi­nale les mêmes Amé­ri­cains. L’ef­fet de la vic­toire à la Pyr­rhus sur les Serbes se­rait ain­si ef­fa­cé.

En tout cas, l’op­tion de « ba­lan­cer » le match pour se pré­ser­ver pour la suite est to­ta­le­ment écar­tée : « Il faut qu’on joue, qu’on donne tout et qu’on es­saie de ga­gner. On au­ra as­sez de temps pour ré­cu­pé­rer d’ici au quart de fi­nale mer­cre­di. Je ne pense pas que ce soit un match pour se re­po­ser », dit To­ny Par­ker.

Ga­gné ou per­du, le match contre les Amé­ri­cains per­met­tra de pour­suivre la mon­tée en puis­sance du groupe. Pas dans le coup pen­dant la pré­pa­ra­tion à cause des huit jours de va­cances « in­dis­pen­sables » ac­cor­dés après le TQO, les Bleus sont dé­sor­mais « dans un bien meilleur état phy­sique » qu’il y a deux se­maines, se­lon Col­let.

« C’est le jour et la nuit, confirme Par­ker. Tout le monde est plus en jambes : Ru­dy (Go­bert), Ni­co (Ba­tum), moi aus­si, et ça se voit sur le ter­rain, tout va plus vite. En dé­fense, ça crée des in­ter­cep­tions et des pa­niers fa­ciles. »

CONFIANCE. Ba­tum et les Bleus doivent réus­sir leur match face aux USA, avant d’en­trer dans le vif du su­jet, en quart de fi­nale, mer­cre­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.