En route pour la pro­me­nade des gla­ciers

Re­trou­vez la ch­ro­nique du Puy­dô­mois Pierre Ro­bin par­ti tra­ver­ser le Ca­na­da à vé­lo, d’est en ouest

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME VOYAGE -

Le Puy­dô­mois Pierre Ro­bin a en­tre­pris un pé­riple à vé­lo qui lui fait tra­ver­ser le Ca­na­da d’ouest en est. L’oc­ca­sion de dé­cou­vrir des pay­sages ex­tra­or­di­naires et de faire de belles ren­contres.

Rou­ler vent dans le dos est un plai­sir que je dé­guste avec vo­lup­té. Dans le pays des mille col­lines, une suc­ces­sion d’ex­ploi­ta­tions agri­coles et fo­res­tières qui s’étend de Fra­ser Lake à Prince George, je ne tiens pas le gui­don d’un vé­lo, je conduis un scoo­ter à plus de 30 km/h !

C’est l’eu­pho­rie, la joie simple de pou­voir pro­fi­ter d’une bonne douche et de plan­ter ma tente à une heure rai­son­nable. Mais at­ten­tion, pas de droit à l’er­reur. Je ne dis­pose que d’un mince ru­ban de gou­dron le long de la ligne blanche qui me sé­pare des « roule ta bille ».

Ces ca­mions char­gés de troncs se suc­cèdent sans re­lâche pour ali­men­ter des ro­bots géants qui sé­vissent sur un im­mense es­pace de trans­for­ma­tion du bois à Van­de­rhoof. Il flotte dans leur sillage un dé­li­cieux par­fum de ré­si­neux. Ils ne fe­raient pour­tant qu’un co­peau de mon attelage si je sor­tais de l’es­ pace consen­ti.

La Yel­low High­way 16 que j’em­prunte de­puis Prince Ru­pert tra­verse tout le pays d’ouest en est. Avec plus de 40 vic­times dis­pa­rues ou tuées – la plu­part des jeunes femmes toutes de po­pu­la­tion na­tive – elle a été re­nom­ mée « la route des larmes » jus­qu’à Prince George. Les por­traits des dis­pa­rus ap­po­sés chez les com­mer­çants, les aires de re­pos, et fi­na­le­ment sur des pan­neaux 4x3 af­fichent la dé­tresse des fa­milles. Peu mo­bi­li­sées de­puis 1969, les au­to­ri­tés ont fi­na­le­ment ré­agi sous la pres­sion po­pu­laire des as­so­cia­tions consti­tuées. Les gou­ver­ne­ments ont re­pris les en­quêtes avec de nou­veaux moyens mais se sont éga­le­ment at­ta­qués à l’ori­gine des dis­pa­ri­tions, la pra­tique de l’au­to­stop, consé­quence di­recte d’une dé­fi­cience so­ciale de ces po­pu­la­tions fra­gi­li­sées qui ne dis­posent pas des re­ve­nus né­ces­saires pour leurs dé­pla­ce­ments lo­caux.

Des bus ont été mis en ser­vice à bas coûts. Une édu­ca­tion pré­ven­tive est ve­nue com­battre les ha­bi­tudes et une sur­veillance par tron­çon mé­tho­di­que­ment or­ga­ni­sée. Les dis­pa­ri­tions ont ces­sé de­puis 2011, mais la plu­part des actes cri­mi­nels res­tent ir­ré­so­lus et trau­ma­tisent toute une po­pu­la­tion.

Deux bi­joux éme­raude dans leur écrin

Je re­joins di­rec­te­ment par un bus de nuit Jas­per, porte d’en­trée de la pro­me­nade des gla­ciers du parc na­tio­nal de Jas­perBanff. Les 290 km qui sé­parent les deux villes sont su­blimes de beau­té na­tu­relle. La ba­lade vous in­vite à pro­fi­ter des lacs gla­ciaires au bleu tur­quoise et des ruis­seaux aux eaux chris­ta­lines. Sur­plom­bé par les pics des Ro­ckies Moun­tains des deux cô­tés de la route et clas­sé lieu his­to­rique cultu­rel ca­na­dien, il a été car­to­gra­phié par Da­vid Thomp­son aven­tu­rier hors pair dès 1792. Le re­lief ac­ci­den­té porte au som­met des faces nord des langues de glace, alors que de l’autre cô­té de ma­jes­tueux pins Dou­glas, du nom du bo­ta­niste écos­sais qui confé­ra à ses mon­tagnes des pro­por­tions lé­gen­daires, co­lo­nisent des pentes brunes éro­dées.

Ce sont au­tant de lieux uniques que je vi­site un à un : la val­lée des 5 lacs, les ca­nyons des ri­vières Atha­bas­ca et Sun­wap­ta, le lac Os­prey et plus loin le lac Pey­to, deux bi­joux éme­raude dans leur écrin de ver­dure. Pour le cy­cliste, deux cols à 2.000 m sont au pro­gramme. Le col Wil­cox me ré­sis­ta et je dus pous­ser l’attelage sur 3 km à 12 %. Le col Bow m’of­frit en sup­plé­ment de sa tran­quilli­té et d’une mon­tée réus­sie, la pré­sence d’une fe­melle Elk au bord de la route. En re­vanche, je n’ai pas ai­mé le champ de glace Co­lom­bia trans­for­mé en Dis­ney­land sur­ex­ploi­té par une mul­ti­tude d’agences de tou­risme pour vi­si­teurs asia­tiques en soif de sen­sa­tions gla­cées.

Je re­joins Lac Louise, puis Banff le long de la Bow Ri­ver, mais c’est une autre his­toire…

YEL­LOW HIGH­WAY. L’éco­no­mie fo­res­tière tire toute la ré­gion et la Trans­ca­na­dienne 16 est un iti­né­raire sur­char­gé en ca­mions qui char­rient des billes de bois. PHO­TO DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.