Il pose son che­va­let dans l’un des plus beaux villages de France

Le Puy­dô­mois Fran­çois Las­sere a ou­vert un ate­lier­ga­le­rie et sa­lon de thé à Char­roux, dans l’Al­lier

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME SORTIR - Es­telle Dis­say es­telle.dis­say@cen­tre­france.com

Por­té par un cou­rant pic­tu­ral qu’il nomme « op­po­si­tion­nisme », l’ar­tiste peintre puy­dô­mois Fran­çois Las­sere n’a pas hé­si­té une se­conde en dé­cou­vrant une mai­son en vente à Char­roux, dans l’Al­lier. Il y a ins­tal­lé son ate­lier et une ga­le­rie avec sa­lon de thé.

Cer­taines choses de la vie ne s’ex­pliquent pas et Fran­çois Las­sere ne met pas de mots sur les der­niers évé­ne­ments sur­ve­nus dans la sienne. « Nous cher­chions une mai­son d’ha­bi­ta­tion avec mon épouse, ra­conte l’ar­tiste pré­cur­seur du cou­rant op­po­si­tion­niste. Il n’y avait au­cun pro­jet ar­tis­tique au dé­part. On vou­lait al­ler ailleurs. C’est tout. Un jour, je tombe sur cette ba­raque sur le Bon coin. On s’est je­té des­sus. »

La mai­son de Char­roux – un des plus beaux villages de France – est à vendre. Elle abri­tait un ate­lier d’en­lu­mi­nure. Une pho­to de cet es­pace de tous les pos­sibles pro­voque un dé­clic. L’ar­tiste se voit dans l’antre de la bâ­tisse, de­vant son che­va­let. Plus du tout sur son ca­na­pé. La mai­son char­loise est idéa­ le­ment si­tuée. Elle donne sur la Cour des Dames, place cen­trale du vil­lage où les bour­geois se réunis­saient. « Toutes les vi­sites de Char­roux passent par là, souffle Fran­çois Las­sere.

Sa fille, Ca­mille, ve­nait de pas­ser son CAP de pâ­tis­se­rie. L’aven­ture se­ra donc fa­mi­liale ou bien elle ne se­ra pas. Une si­gna­ture et neuf mois de tra­vaux s’en suivent afin de trans­for­mer la mai­son en ate­lier­ga­le­rie et sa­lon de thé. Quatre es­paces d’ex­po­si­tion sont amé­na­gés en lieu et place de la salle à man­ger, la salle de bain et une an­cienne chambre. La mai­son sé­cu­laire et la dé­co­ra­tion contem­po­raine s’op­posent et se ré­pon­ dent. À l’ins­tar des toiles où se mêlent le vi­trail, la pein­ture, les pas­tels, le des­sin et les col­lages d’illus­tra­tions ex­traites de re­vues des an­nées 1930. « La mai­son cor­res­pond au concept dans le­quel je suis, ex­plique le peintre. Tout s’op­pose… »

Le pro­prié­taire pré­sente une soixan­taine d’oeuvres dans la ga­le­rie et n’ex­clut pas l’idée de par­ta­ger son lieu d’ex­po­si­tion avec d’autres ar­tistes. « Le mo­dèle des ga­le­ries que nous connais­sons est en pleine mu­ta­tion, es­time Fran­çois Las­sere.

Il y a dans cette mai­son un charme que l’on ne trouve pas ailleurs. On ne se jette pas sur les gens. On joue sur l’art et la pâ­tis­se­rie. Le beau et le bon. Il n’y a pas de pres­sion. Et, fi­na­le­ment, qu’est­ce que l’art si­non une émo­tion ? » A l’image de cette mai­son.

AR­TISTE. Le peintre Fran­çois Las­sere a ou­vert son ate­lier-ga­le­rie dans une mai­son de Char­roux, après neuf mois de tra­vaux. PHO­TO DO­MI­NIQUE PARAT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.