La Gor­don-Ben­nett pliée en cartes

Re­tour sur les ini­tia­tives de Mi­che­lin en fa­veur de la route et de l’automobile

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - CLERMONT VIVRE SA VILLE - Pierre Ga­briel Gon­za­lez pgg@orange.fr

Faire cou­rir les au­to­mo­biles de course de 1905 sur les routes es­car­pées des monts d’Au­vergne re­le­vait d’une ex­trême pru­dence. Ex­pli­ca­tions.

Au tout dé­but du XXe siècle, les frères Mi­che­lin se montrent in­quiets en voyant le poids de plus en plus im­por­tant des voi­tures de course, la mon­tée en puis­sance des mo­teurs et les vi­tesses re­cord que doivent en­du­rer leurs pneus… 170 km/h en 1904 ! Ils ont beau avoir in­ven­té le « pneu se­melle » sur le­quel le ca­ou­tchouc est ren­for­cé de pas­tilles mé­tal­liques, cette nouveauté a aus­si ses li­mites de ré­sis­tance. Et si les voi­tures pro­gressent sans que les pneus suivent, la faute en in­com­be­ra dans l’opi­nion pu­blique aux fa­bri­cants de pneu­ma­tiques. C’est ce que les Cler­mon­tois veulent évi­ter à tout prix.

Pour « cal­mer le jeu », ils pro­posent d’or­ga­ni­ser la 5e épreuve de la Coupe ini­tiée par sir James Gor­don­Ben­nett sur le cir­cuit d’Au­vergne. Le nou­veau tra­cé est étu­dié pour ra­len­tir les concur­rents ce qui ne les em­pê­che­ra pas de rou­ler à plus de 140 km/h par en­droits… Un cou­reur ex­plique : « Ah ! mes amis, que de vi­rages ! des grands, des pe­tits, des ronds, des poin­tus, des bis­cor­nus. Il y en a pour tous les goûts ». Il y en a même tel­le­ment que pour les re­con­naître, les cou­reurs les ont af­fu­blés de noms de cir­cons­tance : vi­rage aux oies, de Buf­fa­lo, de la poule aux oeufs d’or, du chien, des boeufs, du ma­ré­chal, de la perche, de la pu­celle, des sur­prises, de l’em­bus­cade, vi­rage Lan­cia, du pré­ci­pice, etc.

Mi­che­lin fait des pla­quettes

En 1905, la ma­nu­fac­ture cler­mon­toise pour­suit ses ef­forts pu­bli­ci­taires, elle dis­tri­bue gra­tui­te­ment des mil­liers de pla­ quettes sur la course, ac­com­pa­gnées d’une carte en quatre cou­leurs du cir­cuit au 1/100.000e (*). Cette carte re­pré­sente un cir­cuit dont l’iti­né­raire em­prunte la route na­tio­nale 89 de Cler­mont à Bourg­Las­tic, puis se di­rige vers Pon­tau­mur, Pon­gi­baud pour re­joindre les Quatre­routes au plus près de Cler­mont. Le cir­cuit d’une lon­gueur de 137 ki­lo­mètres y est étu­dié avec beau­coup de pré­ci­sion. La carte pri­vi­lé­gie les in­for­ma­tions concer­nant la cir­cu­ la­tion rou­tière et in­dique les prin­ci­pales dif­fi­cul­tés : vi­rages dif­fi­ciles, mon­tées et des­centes dé­ter­mi­nées par la po­si­tion des flèches. Cer­taines por­tions de routes par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ciles ou dan­ge­reuses comme les tra­ver­sées de Ro­che­fort­Mon­tagne et de Pont­gi­baud bé­né­fi­cient d’un trai­te­ment par­ti­cu­lier. Les cours d’eaux et les lacs sont in­di­qués en bleu, les mas­sifs fo­res­tiers en vert et les mon­tagnes et col­lines par un sys­tème de ha­chures clair. Les om­brages des­ti­nés à fi­gu­rer le re­lief ont dis­pa­ru, cette der­nière in­di­ca­tion est in­utile à l’au­to­mo­bi­liste, le do­cu­ment est, en ef­fet, des­ti­né aux pi­lotes pour une pre­mière dé­cou­verte et sur­tout à tous ceux qui sou­haitent se rendre sur le cir­cuit.

Cette pre­mière carte pré­fi­gure la grande en­tre­prise car­to­gra­phique Mi­che­lin. Dé­jà les pré­oc­cu­pa­tions rou­tières se font jour à tra­vers les in­di­ca­tions de pente, de la dif­fi­cul­té des vi­rages, de la hié­rar­chi­sa­tion des voies de com­mu­ni­ca­tion… Une autre aven­ture se pro­file. À (re)dé­cou­vrir di­manche pro­chain.

(*) Une carte concur­rente, à la même échelle, a été dres­sée par le géo­graphe lo­cal Louis Ac­ca­rias. Elle était édi­tée et com­mer­cia­li­sée par l’im­pri­meur cler­mon­tois Cou­ty.

LIM­PIDE. Dé­tail de la carte du Cir­cuit d’Au­vergne qui pré­fi­gure la li­si­bi­li­té des cartes Mi­che­lin au 1/200.000e.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.