Na­thael, en­le­vé par son père, re­trou­vé sain et sauf

Le ra­vis­seur, en état de ré­ci­dive, avait per­du tem­po­rai­re­ment son droit de garde

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

Na­thael, un gar­çon de neuf ans en­le­vé par son père ven­dre­di en Saône-et-Loire, en l’ab­sence de droit de garde, a été re­trou­vé hier en bonne san­té dans le Vau­cluse, au terme d’une nou­velle « alerte en­lè­ve­ment » fruc­tueuse.

Les gen­darmes l’ont dé­cou­vert au bord d’une ri­vière avec son père, non loin du do­mi­cile de ce­lui­ci, a pré­ci­sé le vice­pro­cu­reur de Mâ­con, Fré­dé­ric Jacque. Les en­quê­teurs n’ont re­le­vé au­cune trace de vio­lence ou de contrainte sur Na­thael, qui de­vait être ra­pi­de­ment re­mis à sa mère.

L’en­fant avait été en­le­vé dans la nuit de jeu­di à ven­dre­di à Ro­me­nay, une pe­tite com­mune de Saône­et­Loire, où il sé­jour­nait chez ses grands­pa­rents pa­ter­nels. Ses pa­rents sont sé­pa­rés mais sa mère, avec la­quelle il vit dans le Var, a conser­vé de bonnes re­la­tions avec ses beaux­pa­rents et leur avait confié l’en­fant pour quelques jours. Na­thael de­vait re­ve­nir à Tou­lon ven­dre­di mais quand sa grand­mère est ve­nue le ré­veiller, elle n’a trou­vé que des cous­sins dans son lit.

Le père, ve­nu du Vau­cluse en voi­ture, était en­tré du­rant la nuit dans la mai­son, dont il pos­sède les clefs, avant de re­prendre la route avec l’en­fant. En fin de ma­ti­née ven­dre­di, le vé­hi­cule a été contrô­lé par les gen­darmes mais l’alerte en­lè­ve­ment n’était pas en­core dé­clen­chée, la grand­mère n’ayant pas si­gna­lé la dis­pa­ri­tion. C’est la mère, in­for­mée par une soeur du père, qui a por­té plainte à Tou­lon, suite à quoi l’alerte a pu être dé­clen­chée en soi­rée.

Une ving­taine de gen­darmes ont alors été mo­bi­li­sés au­tour du do­mi­cile du père, des té­moi­gnages per­met­tant de le lo­ca­li­ser avec son fils. Le père, pla­cé en garde à vue à Avi­gnon, doit être trans­fé­ré dans la jour­née à la sec­tion de re­cherches de la gen­dar­me­rie de Di­jon. Il en­court 5 ans de pri­son. Sans em­ploi, ni compte en banque, il vit dans une si­tua­tion in­stable se­lon le par­quet, et avait dé­jà en­le­vé son fils en 2012, du­rant deux mois. Ce pré­cé­dent lui a va­lu d’être condam­né en 2014, pro­cé­dure au cours de la­quelle il avait re­fu­sé une ex­per­tise psy­chia­trique.

Dé­clen­ché 18 fois et tou­jours ef­fi­cace

En mars der­nier, la jus­tice tou­lon­naise avait ac­cor­dé tem­po­rai­re­ment à la mère l’exer­cice ex­clu­sif de l’au­to­ri­té pa­ren­tale, pri­vant le père de son droit de garde et de vi­site. « Il le sa­vait mais il a choi­si la so­lu­tion de force », a sou­li­gné le ma­gis­trat.

Le plan « Alerte en­lè­ve­ment », mis en place en France en 2006, est un dis­po­si­tif d’alerte mas­sive lan­cé sous l’au­to­ri­té du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, via une cin­quan­taine de ca­naux de dif­fu­sion (ra­dio, té­lé­vi­sion, sites In­ter­net, pan­neaux de gare et d’au­to­routes, pan­neaux d’af­fi­chage ur­bain, ré­seaux de la SNCF ou de la RATP, bornes de la Fran­çaise des Jeux) pour mo­bi­li­ser la po­pu­la­tion dans la re­cherche de l’en­fant en­le­vé. Les par­ti­cu­liers peuvent re­layer l’alerte via les ré­seaux so­ciaux et des ap­pli­ca­tions de smart­phones. Il a été dé­clen­ché 18 fois de­puis son lan­ce­ment et a tou­jours per­mis jus­qu’à pré­sent de re­trou­ver les en­fants en­le­vés.

MESSAGE. Dif­fu­sé sur des sup­ports va­riés. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.