Ca­va­ni va-t-il se sen­tir libre ?

Le Pa­ris SG re­çoit le FC Metz, ce soir (20 h 45)

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS L'ACTU NATIONALE -

Edin­son Ca­va­ni peut-il com­bler le grand vide lais­sé par Ibra­hi­mo­vic ? Re­mis d’une bles­sure mus­cu­laire, l’Uru­guayen va en­fin faire ses dé­buts cette sai­son à son poste fa­vo­ri d’avant-centre, lors de la ré­cep­tion de Metz ce soir (20 h 45).

«Ibra » pre­nait tant de place avec ses buts, ses gestes fous, son phy­sique de co­losse, son cha­risme in­ti­mi­dant. Main­te­nant qu’il est par­ti conqué­rir l’An­gle­terre sous la tu­nique rouge de Man­ches­ter Uni­ted, c’est à Ca­va­ni, l’émo­tif long­temps frus­tré de res­ter dans l’ombre du grand Z, qu’in­combe le rôle de bu­teur nu­mé­ro un au sein de ce PSG en­tré dans l’ère Unai Eme­ry.

Il au­ra tout de même fal­lu au « ma­ta­dor » pa­tien­ter trois sai­sons pour être exau­cé. Du­rant cette pé­riode dé­li­cate, ses ré­cla­ma­tions pour oc­cu­per l’axe furent vaines et il a été trim­bal­lé de droite à gauche d’une at­taque où il a aus­si fal­lu faire de la place à An­gel Di Ma­ria, ar­ri­vé l’été der­nier.

Ca­va­ni a broyé du noir l’hi­ver der­nier éga­le­ment, poin­té du doigt par les cadres de l’équipe pour être par­ti en va­cances plus tôt que les autres lors de la trêve. Après ces dé­boires qu’il es­père dé­fi­ni­ti­ve­ment der­rière lui, Ca­va­ni doit do­ré­na­vant mon­trer en­fin la pleine me­sure du re­dou­table bu­teur en sé­rie que Pa­ris pen­sait s’of­frir en dé­bour­sant à Naples 64 mil­lions d’eu­ros, trans­fert le plus cher du club et de France à ce jour.

Pour ce­la, il pos­sède dé­jà la « confiance to­tale » d’Unai Eme­ry, qui n’a pas ter­gi­ver­sé, dès son ar­ri­vée il y a un peu plus d’un mois, pour en faire son avant­centre ti­tu­laire. L’Uru­guayen a d’ailleurs mon­tré d’ex­cel­lentes dis­po­si­tions en pré­pa­ra­tion, avant de se bles­ser à un ad­duc­teur et de man­quer les deux pre­miers ren­dez­ vous de la sai­son, le Tro­phée des cham­pions ai­sé­ment conser­vé contre Lyon (4­1) et l’ou­ver­ture de la L1, bien né­go­ciée à Bas­tia (1­0).

« Il va en mar­quer des buts »

« J’ai toute confiance en Edin­son, a ré­af­fir­mé le tech­ni­cien es­pa­gnol ven­dre­di en confé­rence de presse. Ca­va­ni mar­que­ra car c’est ce qu’il sait faire. »

Bien­veillant à l’en­droit de l’Uru­guayen, Eme­ry sait aus­si qu’un bu­teur de son pro­fil, dif­fé­rent d’un Ibra­hi­mo­vic ca­pable de se créer des oc­ca­sions tout seul, dé­pend énor­mé­ment de l’al­truisme de ses coé­qui­piers. Di Ma­ria, Ja­vier Pas­tore, Lu­cas, mais aus­si Ben Ar­fa et Je­sé de­vront être de gé­né­reux pas­seurs.

Car si Ca­va­ni a un ta­lent cer­tain, c’est de sou­vent faire de bons ap­pels et d’être tou­jours bien pla­cé. « Com­bien de buts il mar­que­ra ? Ça, je ne le sais pas, mais je suis cer­tain qu’il va bien jouer et qu’il va en mar­quer », a pro­mis Eme­ry. Ca­va­ni au­ra l’oc­ca­sion de ne pas faire men­tir son coach, dès ce soir contre Metz.

AM­BIANCE. Edin­son Ca­va­ni a dé­jà la confiance d’Unai Eme­ry.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.