Le feu dé­vore 8.000 mètres cubes de bois

Un violent in­cen­die a frap­pé, hier ma­tin, les éta­blis­se­ments Hirsch et Fils, sans faire de vic­time

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - RÉGION FAITS DIVERS - Thier­ry Sen­zier thier­ry.sen­zier@cen­tre­france.com

Des re­lèves ré­gu­lières pour faire face à la ca­ni­cule

Un in­cen­die a ra­va­gé un stock de bois de l’en­tre­prise Hirsch, si­tuée à Thiers, dé­ga­geant une épaisse fu­mée vi­sible de très loin. D’im­por­tants moyens de se­cours ont été dé­ployés.

L’épais pa­nache de fu­mée âcre qui en­ve­lop­pait la ville basse de Thiers, dès les pre­mières lueurs de la ma­ti­née, hier, n’était pas sans rap­pe­ler ce­lui qui s’éle­vait au­des­sus de la ci­té, il y a qua­si­ment un an jour pour jour. A l’époque, un in­cen­die dé­vo­rait une par­tie de l’usine CEP. Cette fois­ci, ce sont les éta­blis­se­ments Hirsch et Fils, si­tués tout près, qui ont été la proie des flammes.

Le feu a pris entre cinq heures et six heures du ma­tin, au mi­lieu de ré­si­dus de bois sto­ckés en plein air par cette en­tre­prise spé­cia­li­sée dans le re­cy­clage.

Ra­pi­de­ment, un dis­po­si­tif de se­cours a été mis en place, sous les ordres du com­man­dant Pro­vot. Au plus fort de l’in­ter­ven­tion, une soixan­taine de sa­peurs­pom­piers étaient mo­bi­li­sés, ve­nant de di­vers centres de se­cours du dé­par­te­ment.

En mi­lieu de ma­ti­née, le chef des opé­ra­tions dres­sait un pre­mier bilan : « Le feu a été cir­cons­crit vers 8 heures mais 8.000 mètres cubes de bois ont brû­lé ain­si que 200 mètres cubes de dé­chets in­dus­triels ba­nals. Heu­reu­se­ment, on a pu stop­per la pro­pa­ga­ tion des flammes vers un stock d’acier et d’alu­mi­nium ».

Pour Lou Hirsch, di­rec­teur de l’en­tre­prise fa­mi­liale, qui em­ploie une tren­taine de sa­la­riés, c’est un coup dur : « Le trans­for­ma­teur élec­trique qui ali­mente nos bâ­ti­ments a brû­lé et on a per­du tout le bois que l’on de­vait faire broyer d’ici une quin­zaine de jours. »

Le maire de la ville, Claude No­wot­ny, est ve­nu ap­por­ter son sou­tien et, ap­puyé par les ser­vices mu­ni­ci­paux, a te­nu à ap­por­ter nour­ri­ture et bois­sons aux sol­dats du feu.

La ca­ni­cule était en ef­fet un élé­ment avec le­quel les sa­peurs­pom­piers ont dû com­po­ser, en plus de la fu­mée. « Nous l’avons prise en compte en as­su­rant des re­lèves ré­gu­lières du per­son­nel, pré­ci­sait en fin d’après­mi­di le com­man­dant Pro­vot. Au to­tal, plus de cent per­sonnes se sont re­layées sur le site. »

Hier soir, les pom­piers pré­voyaient de main­te­nir une par­tie du dis­po­si­tif, en par­ti­cu­lier pour ten­ter de li­mi­ter la pro­pa­ga­tion de fu­me­rolles per­sis­tantes.

Quant aux ori­gines du si­nistre, elles res­tent à dé­ter­mi­ner. La bri­gade ter­ri­to­riale de gen­dar­me­rie de Thiers a été char­gée de l’en­quête.

DIS­PO­SI­TIF. Une cen­taine de sa­peurs-pom­piers se sont re­layés sur le ter­rain toute la jour­née. PHO­TO MANON SABY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.