Le sau­mon à la re­con­quête de l’Al­lier

Le con­ser­va­toire na­tio­nal de Chan­teuges pro­pose des vi­sites tous les jours sauf le sa­me­di

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - RÉGION ACTUALITÉ - Pierre Hé­brard pierre.he­brard@cen­tre­france.com

Vi­si­ter le con­ser­va­toire na­tio­nal du sau­mon sau­vage de Chan­teuges (Hau­teLoire), c’est com­prendre la mis­sion de cette struc­ture in­dis­pen­sable et plon­ger dans le cycle de ce pois­son em­blé­ma­tique.

«C’est in­té­res­sant de voir ce qui est fait pour ré­im­plan­ter le sau­mon sau­vage. Tout ce qui touche la na­ture est im­por­tant. L’homme a la fâ­cheuse ten­dance de ne faire at­ten­tion à rien… Plus jeunes, nous avons connu la pêche du sau­mon dans la Loire ! » Ve­nus d’Or­léans (Loi­ret) pas­ser leurs va­cances à Lan­geac (Haute­Loire), Mar­tine et Re­né sortent en­thou­sias­més de la vi­site du Con­ser­va­toire na­tio­nal du sau­mon sau­vage de Chan­teuges. Comme eux, une di­zaine de per­sonnes ont choi­si de plon­ger dans les rouages de l’ins­ti­tu­tion, créée en 2001 suite au Plan d’ac­tion Loire gran­deur na­ture. Dans les pas de Pierre Claux, l’un des deux guides char­gés des vi­sites es­ti­vales, tous ont pu par­fai­ re leurs connais­sances sur le sau­mon. Re­tour sur quelques­uns des élé­ments clefs de cette vi­site.

Ré­im­plan­ta­tion. S’il per­met de mieux connaître le sau­mon, par ses vi­sites et ses ac­tions au­près des sco­laires, le con­ser­va­toire est avant tout un outil de ré­im­plan­ta­tion du sau­mon dans l’Al­lier et la Loire. La pêche en mi­lieu flu­vial (fleuves et ri­vières) de ce der­nier est in­ter­dite de­puis les an­nées 1990. Une in­ter­dic­tion dé­cou­lant d’une ob­ser­va­tion frap­ pante : de 40.000 à 50.000 sau­mons re­mon­tant la Loire chaque an­née au XIXe siècle, ils n’étaient plus qu’une cen­taine comp­ta­bi­li­sés en 1990, à Vi­chy.

Sal­mo­ni­cul­ture. Le con­ser­va­toire cap­ture chaque an­née des adultes et le fait se re­pro­duire en cap­ti­vi­té, aug­men­tant par ce biais les chances de sur­vie de leur pro­gé­ni­ture. En ef­fet, dans le mi­lieu na­tu­rel, des sta­tis­tiques pré­sen­tées lors de la vi­site af­firment que pour 7.500 oeufs pon­ dus par une fe­melle, en­vi­ron 750 vont éclore, don­nant 750 ale­vins. Sur ceux­ci, 75 de­vien­dront smolts et par­ti­ront en di­rec­tion de l’océan. Seule­ment quatre re­vien­dront, adultes, à l’es­tuaire de la Loire et seuls deux at­tein­dront les frayères.

Le con­ser­va­toire, qui se charge de la fé­con­da­tion et de l’in­cu­ba­tion des oeufs ré­im­plante le pois­son à di­vers stades de son dé­ve­lop­pe­ment (oeufs ayant dé­jà quelques se­maines, ale­vins de six mois ou smolts), en dif­fé­rents en­droits (sites ar­ti­fi­ciels leur per­met­tant de fi­nir leur dé­ve­lop­pe­ment à l’abri ou di­rec­te­ment dans des af­fluents de l’Al­lier ou la Loire).

Sur­veillance. Par l’in­ter­mé­diaire de l’ob­ser­va­toire de Vi­chy et des don­nées col­lec­tées à dif­fé­rents en­droits, dont l’as­cen­seur à sau­mon du bar­rage de Pou­tès, le con­ser­va­toire suit l’évo­lu­tion an­nuelle du nombre de sau­mons dans l’Al­lier. Un nombre très fluc­tuant en rai­son de fac­teurs mul­tiples aux ef­fets dif­fi­ci­le­ment me­su­rables (pol­lu­tion des cours d’eaux et de l’océan, pré­sence in­quié­tante et ac­crue des si­lures dans la Loire et l’Al­lier, pêche in­ten­sive en haute mer, bra­con­nage, manque de crues…). Par exemple, d‘un mil­lier de sau­mons adultes re­mon­tant l’Al­lier ob­ser­vés l’an pas­sé à Vi­chy, ils étaient en­vi­ron moi­tié moins cette an­née. Et pour­tant, le tra­vail du con­ser­va­toire porte ses fruits.

Cycle. Ob­ser­va­teur de toutes les étapes du cycle du sau­mon, le con­ser­va­toire per­met au vi­si­teur d’en dé­cou­vrir tous les dé­tails. Du chan­ge­ment de taille (de quelques mil­li­mètres à par­fois jus­qu’à 1,20 m) de phy­sio­no­mie (le corps s’al­longe, le mâle adulte dé­ve­loppe un bec) ou de cou­leur (de gris bleu ta­che­té à ar­gen­té en pas­sant par l’oran­gé). De quoi mieux com­prendre ce sau­mon, dont la sur­vie dans l’al­lier est la rai­son d’être de ce site in­dis­pen­sable.

REN­CONTRE. Si le vi­si­teur reste der­rière des vitres afin de ne pas im­po­ser de pré­sence hu­maine aux pois­sons, il a tout de même l’oc­ca­sion d’ad­mi­rer de très beaux spé­ci­mens de sau­mons adultes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.