Asia­tiques pas asth­ma­tiques

L’Or­chestre na­tio­nal de Lor­raine avec deux choeurs sud­co­réens

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FESTIVAL DE LA CHAISE-DIEU - Pierre-Oli­vier Feb­vret

L’Or­chestre na­tio­nal de Lor­raine s’est as­so­cié à deux choeurs de Co­rée du sud. Si dans ce pays les ma­tins sont calmes, le reste de la jour­née peut être plus bruyant…

La der­nière (qui fut aus­si la pre­mière) grande ex­pé­rience asia­tique du fes­ti­val de La Chai­seDieu a conduit à une dé­cep­tion. En 2011, il a ac­cueilli le pour­tant fa­meux Bach Col­le­gium Ja­pan du grand chef Ma­saa­ki Su­zu­ki. Il au­rait mieux fait de pas­ser un de leurs CD, tant l’en­semble avait man­qué d’ex­pres­si­vi­té.

Il y avait donc une pe­tite in­quié­tude avec la ve­nue, dans le cadre de l’an­née France­Co­rée, de deux choeurs sud­co­réens

(Goyang Ci­vic Choir et Sun­cheon Ci­ty cho­rale) in­con­nus au ba­taillon. Mais une grande at­tente aus­si puisque les chan­teurs co­réens sont de vé­ri­tables as­pi­ra­teurs à prix dans les grands concours in­ter­na­tio­naux. Ver­dict : l’ex­cel­lence se pro­longe de l’in­di­vi­dua­li­té au col­lec­tif.

Jacques Mer­cier, à la tête de l’Or­chestre na­tio­nal de Lor­raine n’a pas bou­dé son plai­sir face à ses 80 voix dont la mu­si­ca­li­té et la fi­nesse n’ont d’égal que la puis­sance et la pré­ci­sion (avec un avan­tage sur ce point sur les Mes­sins). Tous ne savent peut­être pas ce qu’ils chantent mais le très bon ré­sul­tat est là…

Le chef, si gé­né­reux, a pu com­bler le pu­blic en dé­ployant toutes ces qua­li­tés ; mais celle qui do­mine est leur ca­pa­ci­té à lâ­cher les dé­ci­bels, souf­flant les der­niers grains de pous­sière ac­cro­chés aux voûtes de l’ab­ba­tiale, mais sans ja­mais tou­cher à la li­si­bi­li­té, la jus­tesse et la ron­deur de leur voix.

Leurs deux pro­grammes sa­crés ap­pe­laient d’ailleurs cette toute puis­sance dont, ven­dre­di soir, la très théâ­trale Mis­sa di glo­ria de Puc­ci­ni, l’Ave Ma­ria et Te Deum di.

Sa­me­di après­mi­di, les 185 mu­si­ciens étaient de re­tour sur scène pour ho­no­rer la mu­sique fran­çaise. Même constat dans l’at­ta­chant et sin­gu­lier Glo­ria de Pou­lenc et le Psaume XLVII de Sch­mitt, mar­qué par l’es­prit et le souffle épique wag­né­rien (et quelques belles so­no­ri­tés ty­piques, entre orgue, flûte et harpe). Seule la dic­tion a fait dé­faut – sa­cré fran­çais ! L’oc­ca­sion de re­trou­ver Sooyeon Kim, so­pra­no qui n’a rien per­du de son ta­lent de­puis les Quatre der­niers lie­der de Strauss offert en dé­but de fes­ti­val. de Ver­

185 MU­SI­CIENS. Jacques Mer­cier à la tête de son Or­chestre de Lor­raine et des Goyang Ci­vic Choir et Sun­cheon Ci­ty cho­rale. PHO­TO V. JOLFRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.