La lutte contre la ca­ni­cule à l’Eh­pad

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - AGGLOMÉRATION LIMAGNE ET VAL D'ALLIER -

L’Eh­pad Am­broise­Croi­zat (*) s’est bien or­ga­ni­sé pour ai­der ses ré­si­dents à fran­chir la ca­ni­cule.

Ti­rant par­ti d’un parc om­bra­gé et de la tié­deur ma­ti­nale, quelques pen­sion­naires s’adonnent à une séance de gym­nas­tique sur un par­cours de déambulation, sous la conduite d’une ki­né­si­thé­ra­peute. La séance ter­mi­née, cha­cun se fait fort, en­vie ou pas, de boire, geste es­sen­tiel pour sup­por­ter la cha­leur qui re­vien­dra iné­luc­ta­ble­ment, im­pla­ca­ble­ment. Puis tout le monde se ra­pa­trie à l’in­té­rieur du bâ­ti­ment, qui offre des zones cli­ma­ti­sées à chaque étage.

Du­rant toute la jour­née, le per­son­nel du centre mé­di­co­so­cial re­double d’at­ten­tion en­vers les pen­sion­naires.

Coor­don­na­teur du dis­po­si­tif, le Dr Am­bert ex­plique la pro­cé­dure : « lors d’épi­sode de fortes cha­leurs telles que nous tra­ver­sons, nous adap­tons la sur­veillance et le soin que nous por­tons à nos ré­si­dents. Nous iden­ti­fions les per­sonnes à risque plus sé­vère de déshy­dra­ta­tion, no­tam­ment celles qui suivent des trai­te­ments en­traî­nant une perte d’eau, tels que les diu­ré­tiques. Nous adap­tons alors leur pres­crip­tion, lorsque ce­la est pos­sible. Des signes vi­sibles chez les pa­tients peuvent éga­le­ment nous pré­ve­nir d’une déshy­dra­ta­tion, comme une baisse de ten­sion, un chan­ge­ment de com­por­te­ment, un état men­tal confus ».

D’autres fac­teurs doivent être pris en compte, pour­suit le mé­de­cin : « Nous veillons à adap­ter la te­nue ves­ti­men­taire, car nous avons ici une po­pu­la­tion fra­gile qui a souvent per­du les sen­sa­tions de froid et de chaud ».

En cui­sine comme en salle, le ser­vice est en alerte et adap­té aux cir­cons­tances : on fait en sorte de « ser­vir des re­pas riches en eau, de pro­po­ser ré­gu­liè­re­ment des douches et des bru­mi­sa­teurs, d’évi­ter les sor­ties aux heures les plus chaudes et bien sûr, de boire le plus souvent pos­sible ». Et, le cas échéant, de faire boire.

Au­tant de gestes de bon sens qui au­ront ai­dé les quatre­vingts ré­si­dents de l’Eh­pad à tra­ver­ser cet épi­sode de ca­ni­cule, qui touche à sa fin, pré­voient les mé­téo­ro­lo­gistes.

(*) Acro­nyme pour Éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment des per­sonnes âgées dé­pen­dantes.

SOUS LES FRON­DAI­SONS. Le ma­tin, on se rend de­hors où on ap­pré­cie l’air frais. Tiède plu­tôt !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.