L’Ita­lie pleure les vic­times

Jour­née de deuil na­tio­nal, hier, dans tout le pays

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - FRANCE & MONDE ACTUALITÉS -

L’Ita­lie a ren­du, hier, un hom­mage so­len­nel et émou­vant aux vic­times du séisme qui a ra­sé plu­sieurs vil­lages, au cours d’une jour­née de deuil na­tio­nal.

Dans un gym­nase d’As­co­li Pi­ce­no, au pied des mon­tagnes meur­tries, le pré­sident de la Ré­pu­blique, Ser­gio Mat­ta­rel­la, le chef du gouvernement, Mat­teo Ren­zi et des cen­taines d’ha­bi­tants et de se­cou­ristes ont par­ti­ci­pé à une messe de fu­né­railles pour 35 vic­times. Les cer­cueils re­cou­verts de fleurs blanches étaient ali­gnés en face de l’au­tel.

Au­tour, des proches par­fois eux­mêmes bles­sés, souvent en larmes, se ser­rant dans les bras. « Nous ne vous aban­don­ne­rons pas », a pro­mis Ser­gio Mat­ta­rel­la en sa­luant les proches des vic­times après la cé­ré­mo­nie, tout comme Mat­teo Ren­zi et son épouse Agnese.

Par­mi les cer­cueils, ce­lui de Giu­lia, 9 ans, dont le corps a pro­té­gé sa soeur Gior­gia, 5 ans. « Dé­so­lé si nous sommes ar­ri­vés trop tard mais je veux que tu saches de là­haut que nous avons fait notre pos­sible pour te sor­tir de là », a écrit un pom­pier sur un pa­pier scot­ché au pe­tit cer­cueil blanc. En signe de deuil, les chaînes de té­lé­vi­sion pu­blique ar­bo­raient sa­me­di un ban­deau noir et ne dif­fu­saient pas de pu­bli­ci­té, tan­dis que les cloches de la ba­si­lique d’As­sise, elle­même frap­pée en 1997 par un violent séisme, ont son­né en l’hon­neur des vic­times.

Nou­veaux corps ex­traits

Après de pre­mières fu­né­railles de vic­times, ven­dre­di, à Rome et à Po­me­zia, au sud de la ca­pi­tale, celles de Ser­gio, 13 ans, ont eu lieu hier après­mi­di dans le ha­meau de San Be­ne­det­to, près d’Ama­trice.

Une autre grande cé­ré­mo­nie, sans les corps, est en­core pré­vue mer­cre­di à Ama­trice, lo­ca­li­té de 2.500 ha­bi­tants qui pleure au moins 230 morts.

Sur place, les se­cou­ristes ont conti­nué à ex­traire de nou­veaux corps dans la nuit. Hier, l’un des 387 bles­sés a suc­com­bé, por­tant à 291 le nombre de dé­cès consta­tés pour l’ins­tant. Dans un va­et­vient in­ces­sant, les se­cou­ristes ont com­men­cé à dé­blayer les dé­combres avec des pel­le­teuses, tan­dis que des fa­milles aux yeux rou­gis conti­nuaient de se pres­ser de­vant la morgue pro­vi­soire pour iden­ti­fier des vic­times.

Dons

Pen­dant tout ce temps, la terre conti­nue de trem­bler : plus de 1.300 ré­pliques ont été en­re­gis­trées de­puis mer­cre­di, dont en­core une de ma­gni­tude 4 hier à l’aube. À chaque se­cousse, un nou­veau mur s’écroule, un autre se fis­sure, et les pe­tites routes de­viennent de moins en moins pra­ti­cables, au risque de lais­ser des vil­lages et des ha­meaux com­plè­te­ment iso­lés.

La pro­tec­tion ci­vile a re­cen­sé près de 2.500 per­sonnes dé­sor­mais pri­vées de toit qui ont pas­sé la nuit de ven­dre­di à sa­me­di dans l’un des camps de tentes amé­na­gées. Les centres de col­lecte pour leur ve­nir en aide dé­bordent et la pro­tec­tion ci­vile a re­çu plus de 6 mil­lions d’eu­ros de dons.

Quand l’ur­gence se­ra pas­sée, la re­cons­truc­tion se chif­fre­ra en mil­liards d’eu­ros tan­dis que la jus­tice en­quê­te­ra sur les rai­sons du lourd bilan hu­main dans une zone clai­re­ment iden­ti­fiée comme à risque.

MESSE FU­NÉ­RAIRE. Dans un gym­nase d’As­co­li Pi­ce­no, en hom­mage à 35 vic­times. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.