Chou­ly : « Une belle op­po­si­tion de styles »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS RUGBY - Ch­ris­tophe Bu­ron

Le ca­pi­ta­nat, le match d’ou­ver­ture à La Ro­chelle, la dis­ci­pline, la mê­lée, Mont­pel­lier… Da­mien Chou­ly aborde les su­jets d’ac­tua­li­té au mo­ment de re­trou­ver la com­pé­ti­tion.

Il n’a plus joué de­puis le 17 juin à Rennes et la triste fin de sai­son face au Ra­cing en de­mie. D’où « l’im­pa­tience et l’ex­ci­ta­tion » qui anime Da­mien Chou­ly, au­jourd’hui à Mont­pel­lier.

Après dé­jà deux sai­sons de ca­pi­ta­nat, al­lez-vous mo­di­fier votre fa­çon de faire pas­ser les mes­sages ? Oui, cer­tai­ne­ment. Il faut évo­luer en per­ma­nence. Les matchs et les sai­sons s’en­chaînent, rien ne se res­semble, il faut donc sa­voir chan­ger de dis­cours. On a la chance d’avoir un groupe qui n’a pas beau­coup chan­gé. On a des ac­quis, on sait sur quoi on bâ­tit, ce qu’il faut tra­vailler et amé­lio­rer et il est im­por­tant d’ap­por­ter un dis­cours qui va dans ce sens.

Sur la forme à quel mo­ment in­ter­ve­nez-vous ? C’est plu­tôt dans la se­mai­ ne que je suis le plus in­ter­ven­tion­niste. Et je fais plus du cas par cas, ra­re­ment des grandes réunions. C’est ma fa­çon de fonc­tion­ner, je ne suis pas un grand aboyeur. J’es­saie sur­tout d’être pré­cis et syn­thé­tique dans ce que je dis. En plus, il y a quelques joueurs qui sont des re­lais.

De­vant la té­lé, qu’avez­vous pen­sé de la pre­mière sor­tie de l’équipe à La Ro­chelle ? C’était as­sez frus­trant. On marque vite et sans avoir beau­coup de bal­lons on est très réa­liste en pre­mière pé­riode. Après, l’es­sai de pé­na­li­té qui sort, on ne sait pas trop d’où à mon sens, on a été beau­coup plus ap­proxi­ma­tif et in­dis­ci­pli­né. La Ro­chelle a ain­si hé­ri­té d’un grand nombre de mu­ni­tions, ce qui lui a per­mis de sco­rer.

On ima­gine que le thème de la se­maine, avant Mont­pel­lier, a été la dis­ci­pline… Oui, oui ! C’est le sec­teur es­sen­tiel quand tu joues à l’ex­té­rieur. Là, on a trois dé­pla­ce­ments pour com­men­cer la sai­son, on ne peut pas se per­mettre de faire au­tant de fautes qu’à La Ro­chelle.

Dans quel sec­teur pré­cis du jeu vous faut-il être plus dis­ci­pli­nés ? L’ar­bi­trage cette an­née va être très poin­tilleux dans le jeu au sol, no­tam­ment sur la phase du pla­queur­pla­qué. Avant, le pla­queur avait deux à trois se­condes pour s’en­le­ver, là il en au­ra qu’une. Il fau­dra faire l’ef­fort comme sur les lignes de hors­jeu. Ce n’est plus pos­sible de se faire sanc­tion­ner pour un pla­ce­ment hors­jeu. C’est trop bête, c’est un ca­deau à l’ad­ver­saire.

La mê­lée a-t-elle fait l’ob­jet d’un tra­vail par­ti­cu­lier cette se­maine ? Oui bien sûr, car ce­la nous a coû­té cher aus­si à La Ro­chelle. On a bien vu les nou­velles di­rec­tives dans ce do­maine avec un ar­bitre qui n’a pas at­ten­du pour sanc­tion­ner. La mê­lée est un sec­teur clé, d’au­tant plus face à Mont­pel­lier qui est très dense de­vant. C’est cer­tain qu’il va fal­loir ri­va­li­ser là­des­sus ce di­manche.

La den­si­té du pack mont­pel­lié­rain peut être la clé du match ? Oui. En plus, cette équipe s’est en­core épais­sie et den­si­fiée. Ce­la fait par­tie de sa force. On a d’autres atouts à faire va­loir. Il fau­dra faire bou­ger le bal­lon, leur mettre de la pres­sion pour évi­ter qu’ils jouent tout le temps dans l’avan­cée. Ce se­ra une belle op­po­si­tion de styles.

Mont­pel­lier vous a bat­tu deux fois la sai­son der­nière, ça compte au mo­ment de re­trou­ver cette équipe ? C’est dans un coin de notre tête bien sûr. On a bu­té deux fois sur eux, c’est vrai, il ne tient qu’à nous d’in­ver­ser la ten­dance. On va voir dé­jà ce que l’on pro­pose ce week­end.

ME­NEUR. Plus de deux mois après avoir conduit son équipe en de­mi-fi­nale contre le Ra­cing, Da­mien Chou­ly re­trouve la com­pé­ti­tion, cet après-mi­di à Mont­pel­lier. PHO­TO FRANCIS CAMPAGNONI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.