Du nou­veau sur son vol­ca­nisme

Les vol­ca­no­logues et phy­si­ciens ont ra­jeu­ni l‘érup­tion du Pa­vin et mon­tré qu’elle se sin­gu­la­rise du vol­ca­nisme des Dômes et du San­cy.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - GRAND ANGLE -

Le vol­ca­no­logue Pierre Boi­vin, ex­plique que les der­nières érup­tions (Mont­ci­neyre, Es­ti­va­doux, Mon­chal, Pa­vin) consti­tuent une sé­quence com­plète, brève et ter­mi­née. Ces dé­cou­vertes pro­voquent un re­gain d’in­té­rêt pé­tro­gra­phique et géo­chi­mique pour cet en­semble.

Le plus jeune. L’érup­tion du Pa­vin est dé­sor­mais éta­blie à 4.700 av. J.­C. (à 170 ans près). C’est l’érup­tion la plus ré­cente connue en France mé­tro­po­li­taine. De même, on pense au­jourd’hui qu’elle « n’ap­par­tient pas à la chaîne des puys par la na­ture de ses pro­duits » qui sup­posent une ali­men­ta­tion dis­tincte. Mais le Pa­vin « reste géo­gra­phi­que­ment lié » au San­cy (qui s’est mis en place entre 0,2 et un mil­lion d’an­nées).

Ori­gine du cra­tère. Pen­dant plu­sieurs siècles, la na­ture même du cra­tère avait fait dé­bat : pro­duit d’une grande ex­plo­sion, ré­sul­tat d’un ef­fon­dre­ment, ori­gine gla­ciaire et même « ano­ma­lie géo­mor­pho­lo­gique lo­cale ».

En 1973 Ca­mus et son équipe ont ré­con­ci­lié les ex­pli­ca­tions « à la lu­mière des mo­dèles mo­dernes de maar, où des ex­plo­sions vio­lentes dé­clenchent des ef­fon­dre­ments concen­triques qui, en re­tour, agran­dissent le cra­tère ».

In­sta­bi­li­té sé­di­men­taire. Ces der­nières an­nées, des études sé­di­men­taires, des sui­vis acous­tiques et di­verses ap­proches plu­ri­dis­ci­pli­naires ont aus­si per­mis de com­prendre que son conte­nu sé­di­men­taire est contras­té. Des phé­no­mènes de re­ma­nie­ment se­raient as­so­ciés « à des vagues d’eau vio­lentes et in­ha­bi­tuelles et/ou à de brusques chutes du ni­veau d’eau ».

« Au cours du der­nier mil­lé­naire, deux grands évé­ne­ments de glis­se­ments sub­aqua­tiques sont éga­le­ment iden­ti­fiés et peuvent avoir eu une in­ci­dence consi­dé­rable sur la lim­no­lo­gie (*) du Pa­vin. »

On pense qu’il a connu une baisse bru­tale de 9 mètres du ni­veau de l’eau vers 600. Suite de la re­cherche cet hi­ver, avec un le­vé Li­dar pour voir sous l’eau et le vé­gé­tal.

(*) Étude de l’eau conti­nen­tale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.