Le temple de Cler­mont fête ses 50 ans

Jus­qu’au week­end pro­chain, le seul temple du Puy­de­Dôme ra­conte son his­toire

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME ACTUALITÉ - Anne Bourges anne.bourges@cen­tre­france.com

Si­tué au coeur de Cler­mont, le seul grand temple de l’église pro­tes­tante du Puyde-Dôme vient d’avoir 50 ans. L’oc­ca­sion de faire dé­cou­vrir à tous ce bâ­ti­ment ori­gi­nal et l’his­toire de sa com­mu­nau­té.

Rue Mar­mon­tel, si la flèche qui s’élève sur 20 mètres de haut vous in­trigue de­puis des an­nées, c’est le mo­ment d’al­ler voir.

L’Église pro­tes­tante unie de Cler­mont­Au­vergne fête, à par­tir de ce wee­kend, le cin­quan­te­naire de ce bâ­ti­ment très aty­pique dans l’ar­chi­tec­ture cler­mon­toise. Pous­sez la porte : ex­po­si­tion et édi­fice par­tagent ce qui s’est écrit en un de­mi­siècle entre les lieux et les âmes.

Au tout dé­but de l’his­toire. 1 Comment a­t­elle pris ra­cine en Au­vergne, cette com­mu­nau­té pro­tes­tante chez les puis­sants évêques de Cler­mont ? Dans l’ex­po­si­tion qui ac­cueille le pu­blic, Vé­ro­nique Cha­pon n’a pu re­trou­ver que quelques traces de ces pre­miè­ res fa­milles. « En 1559, on ne trouve que de pe­tites com­mu­nau­tés ». Cler­mont, Thiers, Ambert, Is­soire… « On a très peu d’in­for­ma­tion. Ce sont sou­vent des fa­milles qui se re­trouvent entre elles. »

En 1603, le pre­mier temple pro­tes­tant de la ré­gion est construit à Ma­ringues. Mais les guerres de re­li­gion poussent le pas­teur à s’exi­ler en An­gle­terre et le temple est dé­truit. A par­tir de 1685, il ne reste of­fi­ciel­le­ment plus de pro­tes­tants ni en France, ni en Au­vergne.

La ré­sis­tance fré­mit pour­tant vers le sud. Ils se­raient res­tés près de 4.000 en Haute­Loire.

L’im­plan­ta­tion cler­mon­toise. 2 Trente­et­un pro­tes­tants connus à Cler­mont en 1792, c’est peu. Mais ils sont 140, dix ans plus tard, et en oc­tobre 1827, le mi­nis­tère de l’In­té­rieur et la mai­rie de Cler­mont « au­to­risent l’exer­cice du culte protes­ tant ». Un pre­mier temple cler­mon­tois est ou­vert rue Si­doine­Apol­li­naire, sui­vi d’autres en Au­vergne, no­tam­ment dans les villes d’eau.

La cha­pelle de Royat date de 1905. À Châ­telGuyon, il y eut même une « paillote » que cer­tains ont connue, en­fants. 3

Nou­veau temple : fi­nan­cé par les pa­rois­siens ! Dé­but des an­nées 1960. Le vieil édi­fice doit être dé­truit. Le pas­teur Maillot dé­cide alors de sol­li­ci­ter fi­nan­ciè­re­ment sa com­mu­nau­té et celle­ci s’en­gage ! Dons ou prêts : le 18 mars 1962, la pre­mière pierre est po­sée. Le nou­veau temple se­ra en­tiè­re­ment fi­nan­cé par la com­mu­nau­té ! Et quand le bud­get ex­plose (on dé­couvre qu’il faut construire sur un ma­ré­cage) les pa­rois­siens s’at­tellent eux­mêmes à la tâche pour fi­nir l’élec­tri­ci­té et les sous­sols !

Inau­gu­ra­tion en 1966. Ré­so­lu­ment mo­derne, l’édi­fice ­ si­gné par l’ar­chi­tecte Jean Mar­con­net ­ ne laisse pas in­dif­fé­rent. Sa flèche de 20 mètres donne à la fa­çade un air de bible ou­verte, ou de voile vers le ciel. En des­sous, elle per­met de faire tom­ber un rayon de lu­mière presque mys­tique au sol de la nef ; qui elle­même s’élève vers une croix. La sym­bo­lique est élé­gante… Om­ni­pré­sente. A dé­cou­vrir.

TOU­JOURS AC­CUEILLANTS. Entre le pré­sident du con­seil pres­by­té­ral, Alain Cha­pon, et le pas­teur Pa­trick Au­blet, les pas­teurs qui ont été as­so­ciés à la vie du temple cler­mon­tois. PHO­TO THIER­RY LINDAUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.