Ven­geance

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 JPURS EN POLITIQUE - Claude Lesme

Pa­trick Buis­son qui, se­lon la Cour des comptes, a per­çu du­rant ses cinq an­nées pas­sées à l’Ély­sée la somme de 3,3 mil­lions d’eu­ros pour des son­dages com­man­dés sans ap­pel d’offres à ses so­cié­tés, avant une mise en exa­men en 2012 pour dé­tour­ne­ments de fonds pu­blics, n’a ma­ni­fes­te­ment pas la gra­ti­tude che­villée au corps. Il l’a d’au­tant moins qu’il doit aus­si à Ni­co­las Sar­ko­zy sa no­mi­na­tion en 2007 à la pré­si­dence de la chaîne His­toire du groupe TF1, pro­prié­té du groupe Bouygues.

Mais comme Va­lé­rie Trier­wei­ler, la com­pagne ba­fouée qui se venge en dé­cri­vant l’in­ti­mi­té de son couple avec Fran­çois Hol­lande dans un livre­brû­lot qui lui a ap­por­té la for­tune, Buis­son, qui a per­du la fa­veur du Prince après l’avoir écou­té clan­des­ti­ne­ment, dans la plus pure tra­di­tion de l’ex­trême droite, a dé­ci­dé de lui ré­gler son compte en pleine pri­maire en je­tant sur la place pu­blique des pro­pos, vrais ou faux, qui ap­par­tiennent au cercle pri­vé.

Par res­sen­ti­ment, et pour nuire, l’an­cien di­rec­teur de Mi­nute a bros­sé le ro­man noir du quin­quen­nat Sar­ko­zy.

Ni­co­las Sar­ko­zy, qui s’était en­ti­ché idéo­lo­gi­que­ment du pen­seur d’ex­trême droite dans sa quête du « vrai » peuple et pour si­phon­ner les voix du Front na­tio­nal, paie au­jourd’hui au prix fort son énorme er­reur de ju­ge­ment. Pire, le vi­triol dé­ver­sé par Buis­son re­centre les dé­bats sur son com­por­te­ment, alors qu’il s’ef­for­çait de­puis son en­trée en cam­pagne d’en­traî­ner de ma­nière tré­pi­dante ses concur­rents au­tour de ses idées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.