Le raid ma­jes­tueux de Na­kai­ta­ci

On a ai­mé, on n’a pas ai­mé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS AUVERGNE - Va­lé­ry Le­fort

Face à des Cas­trais ru­gueux (sur­tout en 1re pé­riode), Cler­mont a fi­na­le­ment mis le bleu de chauffe pour écar­ter son ad­ver­saire du jour. Point d’orgue de ce match achar­né, l’es­sai somp­tueux de Noa Na­kai­ta­ci.

L’ASM a rem­por­té une lé­gi­time vic­toire hier, même si la pre­mière pé­riode s’est avé­rée dé­ce­vante.

On a ai­mé

L’es­sai de Na­kai­ta­ci. Quel bi­jou ! Et dire que ce gar­çon était au fond du seau il y a un an… Hier, le jeune in­ter­na­tio­nal fran­çais a réus­si un one­man­show ex­cep­tion­nel, of­frant un énorme bol d’air à son équipe au meilleur mo­ment (23­13, 50e). Ser­vi par Rou­ge­rie, il part d’abord « en crabe » pour en­suite mettre le tur­bo et pla­cer un double ca­drage dé­bor­de­ment qui cru­ci­fie au fi­nal Ca­mi­na­ti. C’est son sixième es­sai de­puis le dé­but la sai­son.

Les cinq Es­poirs en fin de match. Alors que Castres n’était pas ve­nu pour en­fi­ ler des perles en s’ap­puyant sur une équipe so­lide et com­pacte, Cler­mont a fi­ni le match avec… cinq Es­poirs de la sai­son pas­sée sur la pe­louse. Ce n’est pas rien ! Be­he­re­ga­ray, Itur­ria, Can­co­riet, Fer­nan­dez et Pe­naud le sont tou­jours sta­tu­tai­re­ment. Si on ajoute Fal­goux qui vient de pas­ser pro, la jeu­nesse triom­phante de l’ASM ne fait pas de la fi­gu­ra­tion en ce dé­but de sai­son.

Le re­tour de Toea­va. On ne ju­ge­ra évi­dem­ment pas sa pres­ta­tion éphé­mère (75e­80e) et anec­do­tique. Mais il opère en­fin son re­tour, son épaule en­fin ré­ pa­rée, Dé­sor­mais, seuls Gear, De­ba­ty et Ra­ka n’ont pas en­core joué.

On n’a pas ai­mé

La pre­mière pé­riode des Cler­mon­tois (voir match en ques­tions).

La touche au­ver­gnate. «Je crois que j’en ai dé­cryp­tées deux ou trois même si les noms des com­bines ont chan­gé ». Sou­rire en coin, Loïc Jac­quet n’était pas mé­con­tent du mau­vais tour joué par l’ali­gne­ment tar­nais. L’ASM a per­du hier quatre touches sur ses lan­cers (trois de Kay­ser, un de Be­he­re­ga­ray). C’est trop.

Le stade pas plein. De­puis le dé­but sai­son, ja­mais le « Mi­che­lin » n’a ja­mais fait le plein. Pas même pour la ré­cep­tion du Ra­cing 92, pour­tant cham­pion de France en titre. Hier, on a tou­ché un nou­veau point bas après Bor­deaux (15.000 per­sonnes). D’au­cuns ob­jec­te­ront que la pé­riode est com­pli­quée (ren­trée sco­laire, im­pôts). Mais c’était dé­jà le cas les an­nées pas­sées quand la ré­cep­tion du pre­mier pro­mu ve­nu fai­sait im­man­qua­ble­ment le plein. Alors, las­si­tude ? Sans doute, le der­nier titre re­mon­tant main­te­nant à bien­tôt sept ans… Le Top 14 doit aus­si peut­être se po­ser les bonnes ques­tions quant à sa for­mule. Car le Tou­lon ­ Cler­mont du week­end der­nier n’a pas rem­pli Mayol non plus…

TOUT SEUL. Comme un grand qu’il est en ce dé­but de sai­son, Noa Na­kai­ta­ci a en­rhu­mé la dé­fense cas­traise et Ca­mi­na­ti pour ins­crire un es­sai de toute beau­té. PHO­TO RI­CHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.