Sé­bas­tien Ogier (VW) gère en Beau­té

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS L'ACTU NATIONALE -

Sé­bas­tien Ogier (VW) n’est plus qu’à 64 km d’une pre­mière vic­toire au Tour de Corse/Ral­lye de France, au terme d’une 2e jour­née qu’il a gé­rée par­fai­te­ment et ter­mi­née avec 46 se­condes d’avance sur le Belge Thier­ry Neu­ville (Hyun­dai).

Le triple cham­pion du monde fran­çais, et lea­der dé­ta­ché du cham­pion­nat du monde, n’a fait que deux « temps scratch » hier (ES6, ES7) mais l’es­sen­tiel est ailleurs : il a en­core aug­men­té de deux se­condes son avance sur Neu­ville, par rap­port à ven­dre­di soir, et n’a plus que deux spé­ciales à né­go­cier ce ma­tin (ES9, ES10) dans le « ral­lye aux 10.000 vi­rages », sur­nom his­to­rique.

« C’était une bonne jour­née, on a réus­si à contrô­ler les écarts et on ar­rive au dé­part du der­nier jour avec une avance non né­gli­geable », a dit un Ogier, sou­la­gé.

« Ce n’est ja­mais évident, sur­tout quand les condi­tions sont chan­geantes, de ne pas tom­ber dans un faux rythme, mais là, on est en pole po­si­tion pour al­ler cher­cher la vic­toire. Dans la der­nière spé­ciale, on n’a pas été les plus per­for­mants, mais les condi­tions étaient pié­geuses. On a as­su­ré et pris zé­ro risque. C’est tou­jours plus fa­cile pour un pi­lote d’at­ta­quer sans se po­ser de ques­tion », a conclu Ogier.

Le « temps scratch » dans l’ES6, c’était ex­ae­ quo avec son co­équi­pier An­dreas Mik­kel­sen, dé­sor­mais 3e der­rière un Neu­ville en pleine forme : « De­puis hier, c’est un ex­ploit pour nous, d’être en ba­garre pour un po­dium en lais­sant deux VW der­rière nous, et sur­tout An­dreas (Mik­kel­sen) avec le­quel je joue une place au cham­pion­nat. S’il veut me rat­tra­per de­main, il fau­dra qu’il aille très vite », a dit le Belge, ra­vi de sa jour­née et sur­tout de son temps scratch dans l’ES8 (No­vel­la­Pie­tral­ba 2), la der­nière du jour.

Neu­ville, « ta­lent pur »

Très en verve, Neu­ville a aus­si lâ­ché un com­men­taire sur les deux pi­lotes VW dont il contient les as­sauts de­puis le dé­part: « Moi ça va bien, et mon ob­jec­tif c’est de conser­ver ma 2e place. Mais pour Mik­kel­sen et Lat­va­la, qui ont la même voi­ture qu’Ogier, ça doit com­men­cer à tour­ner dans la tête... ».

Dans le pe­lo­ton des caïds du WRC, il y a quand même eu une vic­time hier : Kris Meeke (Ci­troën) a fait le temps scratch dans la pre­mière spé­ciale du ma­tin (ES5, La Por­ta­Valle di Ros­ti­no, 53 km)), puis il est par­ti à la faute dans la sui­vante (ES6, No­vel­la­Pie­tral­ba, 30 km), « à cause d’une er­reur de notes », a ex­pli­qué son pa­tron, le Belge Yves Mat­ton. Le Tour de Corse, c’est par­fois cruel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.