1, 2, 3 ses­sions à la Coo­pé

Une soi­rée pop aux uni­vers dif­fé­rents, hier soir

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - PUY-DE-DÔME - Or­lane Mas­tel­lone-Ruel­lan

Du ré­tro, du kitsch, et de l’un peu tim­bré… C’était hier soir, à la Coo­pé. Ed­dy de Pret­to, Ju­liette Ar­ma­net et Pa­pooz. Une pro­gram­ma­tion en patch­work qui fonc­tionne. Trois iden­ti­tés, pour une soi­rée très équi­li­brée.

La soi­rée s’ouvre sur une étran­ge­té. Avec un look de pre­mier de la classe, Ed­dy de Pret­to a un style bien à lui. Des textes en fran­çais, une voix tor­tu­rée qui tranche avec son al­lure, une am­biance élec­tro, et une bonne éner­gie.

C’est Ju­liette Ar­ma­net et son band qui prennent la suite. Ju­liette c’est une très jo­lie voix, et un uni­vers kitsch et ma­nié­ré dont le spec­ta­teur ignore tou­ jours, à la fin du concert, s’il est au­to­dé­ri­sion ou mé­ga­lo­ma­nie ac­ci­den­tée. En tous les cas, on se dit que le mau­vais goût n’a ja­mais eu au­tant de charme.

C’est le groupe Pa­pooz qui clôt le bal. Ces deux­là, on sent qu’ils se sont frot­tés long­temps aux 33 tours des pa­rents. Des har­mo­nies vo­cales à la Simon et Gar­fun­kel, un look Swin­ging Lon­don, un groove ter­ri­ble­ment ef­fi­cace et qui a fait ses preuves. Entre ré­mi­nis­cence des an­nées soixante­dix et fraî­cheur pop mo­derne, le cock­tail est ha­bi­le­ment do­sé. Plein de cha­risme et de peps, les deux aco­lytes par­tagent une com­pli­ci­té qui fait sou­rire. Du fun, de la spon­ta­néi­té, de la lé­gè­re­té, c’était le sa­vant mé­lange du soir, hier, à la Coo­pé.

JU­LIETTE AR­MA­NET. Un uni­vers éton­nant, entre kitsch et ro­mance. PHOTO FRED MARQUET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.