Des pho­tos dans l’écrin de Ni­ce­phore off

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - AGGLOMÉRATION -

Tout les op­pose dans cette ex­po­si­tion. L’un joue sur les pe­tits for­mats, l’autre sur les grandes toiles, l’un met en avant la photo pure, l’autre com­bine les tech­niques et pour­tant tout les unit dans le charme in­tem­po­rel du noir et blanc et dans la fas­ci­na­tion du corps de la femme. Une ex­po­si­tion à dé­cou­vrir à la ga­le­rie du Parc

Ni­co­las Bar­thé­le­my a choi­si le nu pour l’es­thé­tisme et le noir et blanc puisque ce­la convient bien, se­lon lui au por­trait. Pour cette pre­mière sé­rie de nus, il a fait ap­pel à des mo­dèles qui ont contri­bué gra­cieu­se­ment en ac­cep­tant de se prê­ter au jeu de l’ob­jec­tif.

« Ecce Fe­mi­na »

L’ex­po­si­tion a pour titre « Ecce Fe­mi­na » une sé­rie de por­traits in­ti­mistes. « Je vou­lais mon­trer la femme, telle qu’elle est vrai­ment, avec un re­gard d’homme certes mais res­pec­tueux et ho­no­rable ». Lui, le pho­to­graphe ama­teur s’est for­mé au­près de « maîtres » et pra­tique de­puis 2008 de fa­çon plus in­tense cet art. Il aime jouer sur la lu­mière na­tu­relle et ex­pose aux Arts en ba­lade en autres.

Mi­chel Coste est un plas­ti­cien très connu, un touche à tout de l’image qu’elle soit vi­déo ou pho­to­gra­phique. Il a à son ac­tif plus de 90 expositions de­puis les an­nées 70. Lui qui a tra­vaillé à l’école des Beaux­arts ai­me­rait qu’il y ait une re­lève. Il avoue, ce­pen­dant, res­ter sur sa faim. De­puis de nom­breuses an­nées, il est de­man­dé sur des scé­no­gra­phies de spec­tacle uti­li­sant l’image qui ap­porte un plus à la mise en scène. Il a tra­vaillé avec la Com­pa­gnie Mon­tal­vo, au théâtre na­tio­nal de Chaillot, avec la Com­pa­gnie DF ou le Wa­kan.

De­puis 25 ans, il uti­lise l’image di­recte avec des ca­mé­ras ou des images en­re­gis­trées. « Le nu­mé­rique m’a fait re­ve­nir à la pho­to­gra­phie, dé­clare­t­il, je fai­sais des images fixes à par­tir de la vi­déo. Ce n’était ja­mais des images réelles, elles étaient tou­jours re­tra­vaillées ».

Cette sé­rie est un peu par­ti­cu­lière. Il l’a re­trou­vée sous une pile de né­ga­tifs. Il avait ou­blié ces né­ga­tifs de nus de­puis long­temps. « Je me suis dit, ils sont peut­être réu­ ti­li­sables… L’idée que ce soit des fos­siles d’où le titre de l’ex­po “nus fos­siles” en les in­tro­dui­sant dans des ma­tières na­tu­relles pho­to­gra­phiées, créait la sen­sa­tion qu’ils émer­geaient d’une gangue comme nos sou­ve­nirs ». Ce ne sont pas des su­per­po­si­tions que Mi­chel Coste pro­pose mais des in­crus­ta­tions, au­cune des deux images ne dis­pa­rais­sant réel­le­ment. Quand le fes­ti­val Ni­cé­phore off lui a de­man­dé de par­ti­ci­per à l’ex­po­si­tion, il a pen­sé à ces im­pres­sions sur bâche. « Je suis agréa­ble­ment sur­pris quand je les vois ac­cro­chées ici ». Ces nus se­ront vi­sibles cet été à Me­zel ou Tauves.

Lors du ver­nis­sage en pré­sence de Chan­tal Le­lièvre, ad­jointe à la culture, Ro­ma­ry Da­val, or­ga­ni­sa­teur de Ni­cé­phore off a rap­pe­lé la vo­lon­té d’ou­vrir le fes­ti­val de la photo à l’ex­té­rieur de Cler­mont et sou­li­gné la per­for­mance de tous ces pho­to­graphes. Ce n’est pas Da­niel Mas­sa­crier, éga­le­ment présent, qui le contre­di­ra.

GA­LE­RIE DU PARC. De gauche à droite, Ro­ma­ry Da­val, Ni­co­las Bar­thé­lé­my, Chan­tal le­lièvre, Mi­chel Coste lors du ver­nis­sage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.