Le re­quiem de Hen­ning Man­kell

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAGDIMANCHE - Ré­mi Bon­net

Avant de mou­rir en oc­tobre 2015, Hen­ning Man­kell a eu le temps de ter­mi­ner un ul­time ro­man : Les Bottes Sué­doises.

Un ma­gni­fique tes­ta­ment lit­té­raire, dans le­quel l’au­teur mé­dite une der­nière fois sur le temps qui passe, la vie qui prend des di­rec­tions in­at­ten­dues, et la mort qui s’avance.

Les ad­mi­ra­teurs de l’écri­vain sué­dois re­trou­ve­ront avec une cer­taine émo­tion le per­son­nage prin­ci­pal des Chaus­sures ita­liennes (2009), Fre­drik We­lin.

Cet an­cien chi­rur­gien à la re­traite vit comme un er­mite sur une île iso­lée au fin fond de la Suède. Là­bas, il s’est in­ven­té une vie so­li­taire et rou­ti­nière, ryth­mée par les cycles de la na­ture et les ren­contres avec ses rares voi­sins.

Mais une nuit, il est ré­veillé en sur­saut par un in­cen­die cri­mi­nel qui dé­truit en quelques mi­nutes la mai­son où il a tou­jours vé­cu.

Ac­ca­blé par le doute

En un ins­tant, c’est toute une vie qui part en fu­mée. Que faire, alors ? Tout re­com­men­cer ? À 70 ans, est­ce que c’est en­core pos­sible ?

Ac­ca­blé par le doute, Fre­drik cherche des ré­ponses, et peut comp­ter sur deux al­liées in­at­ten­dues : sa fille, Louise, femme mys­té­rieuse et im­pré­vi­sible, et sur­tout Li­sa, jeune jour­na­liste de la presse lo­cale.

C’est elle qui lui re­donne l’en­vie et l’illu­sion que, peut­être, l’amour peut naître du dé­sastre…

Au­teur de po­lars (le com­mis­saire Wal­lan­der, c’est lui), Hen­ning Man­kell sait par­fai­te­ment faire mon­ter la ten­sion et main­te­nir le sus­pense tout au long d’un ro­man. Mais ici, ré­soudre une simple énigme n’est pas le plus im­por­tant. L’en­jeu, ici, c’est la vie. Tout sim­ple­ment…

ÉCRI­VAIN. Hen­ning Man­kell a pu ter­mi­ner Les Bottes sué­doises avant de mou­rir. PHOTO ULLA MONTAN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.