Les Can­ta­liens au ré­vé­la­teur age­nais

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS - Nour­re­dine Re­gaieg @NourRe­gaieg

Être agres­sifs et sur­tout évi­ter de trop su­bir

Lea­der après cinq jour­nées de cham­pion­nat, le Stade Au­rilla­cois se dé­place sur la pe­louse d’Agen, un fa­vo­ri au Top 14, avec une équipe ra­jeu­nie mais pas sans am­bi­tions. La vic­toire des Can­ta­liens ra­me­née d’Al­bi leur a don­né des idées.

l se­rait pré­somp­tueux de croire, ou bien même tout sim­ple­ment de pré­tendre, que « le coup d’Al­bi » pour­rait fonc­tion­ner à chaque fois que le Stade Au­rilla­cois voyage. Dans le Tarn, les Can­ta­liens s’étaient dé­jà dé­pla­cés avec une équipe lar­ge­ment re­ma­niée et ra­jeu­nie pour, au terme d’une se­conde pé­riode abou­tie, ra­me­ner leur pre­mière vic­toire de la sai­son loin de leurs bases.

Mais à Agen, les choses s’an­noncent bien dif­fé­rentes. Dé­jà parce que le tur­no­ver réa­li­sé par Je­re­my Da­vid­son et Thierry Peu­chles­trade est un peu plus large que ce­lui ef­fec­tué à Al­bi. Ce jour­là, hor­mis Adrien Cor­bex et Tho­mas Du­bour­deau qui avaient dé­jà été ali­gnés d’en­trée, c’est sur­tout sur le banc de touche (Sey­rolle, Four­cade, Ost­berg, Fa­j­frows­ki…) que les no­vices de la Pro D2 avaient pris place. Cette fois, la plu­part des jeunes pousses du Stade Au­rilla­cois se­ront en­voyées au front dès le coup d’en­voi.

Un ad­ver­saire d’un autre ca­libre

En­suite, sans vou­loir man­quer de res­pect à Al­bi, parce qu’Agen est un ad­ver­saire d’un tout autre ca­libre. Des­cen­dus de Top 14 après un al­ler­retour express, les Lot­etGa­ron­nais sont des fa­vo­ris na­tu­rels et dé­cla­rés à un retour à l’éche­lon su­pé­rieur peut­être même sans pas­ser par la case « phases fi­nales » tant Oyon­nax, gran­dis­sime fa­vo­ri, a du mal en ce dé­but de sai­son.

En­fin, parce que le SUA est sur une très bonne dy­na­mique. Si les Age­nais sont com­plè­te­ment pas­sés à cô­té de leur en­trée en ma­tière à Bé­ziers lors de la1 jour­née (34­11), ils n’ont de­puis plus connu la dé­faite.

Avec trois vic­toires contre Al­bi (36­20), contre Biar­ritz (23­22) et à Montde­Mar­san (23­21) en plus du match nul ra­me­né de Vannes (19­19), Antoine Er­ba­ni et ses co­équi­piers se sont bien re­pla­cés et ne pointent plus qu’à cinq pe­tits points du Stade Au­rilla­cois. Et quoi qu’ils puissent en dire, c’est bien en po­si­tion de fa­vo­ris qu’ils abor­de­ront ce match sur leur pe­louse d’Ar­man­die et de­vant leur pu­blic.

« Les ré­cents ré­sul­tats d’Agen prouvent qu’ils ont réus­si leur re­con­ver­sion en Pro D2, ana­lyse Thierry Peu­chles­trade. Ils n’ont pas tout ga­gné de­puis le dé­but de la sai­son mais ont su res­ter in­vain­cus à do­mi­cile. Leurs deux der­nières vic­toires ac­quises dans la dou­leur et dans les der­nières mi­nutes contre Biar­ritz et à Mont­de­Mar­san les ont très cer­tai­ne­ment re­gon­flés à bloc avant de nous re­ce­voir. On est conscients que ce se­ra très dur pour nous de ra­me­ner quelque chose d’Ar­man­die. »

Néan­moins, le Stade Au­rilla­cois ne se dé­place pas dans le Lot­et­Ga­ronne en vic­time ex­pia­toire. Si le der­nier pas­sage des Can­ta­liens sur la pe­louse du SUA s’était sol­dé par une large dé­faite (41­5), le Stade, mal­gré un groupe lar­ge­ment re­ma­nié, sait ce qu’il faut faire pour exis­ter.

« Agen c’est une grosse conquête, beau­coup de puis­sance et c’est très fort dans les duels, pour­suit le tech­ni­cien au­rilla­cois. Dé­fen­si­ve­ment, il va fal­loir du cou­rage, de l’ab­né­ga­tion et beau­coup d’agres­si­vi­té pour les em­pê­cher d’avan­cer si­non ils vont être très dan­ge­reux. » Les Au­rilla­cois savent ce qu’il leur reste à faire.

COM­BAT. Nou­hailla­guet et ses co­équi­piers de­vront s’ar­ra­cher pour es­pé­rer ra­me­ner quelque chose de leur dé­pla­ce­ment à Agen cet après-mi­di. PHOTO CH­RIS­TIAN STAVEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.