15 ans pour deux des bra­queurs au­ver­gnats

Quatre hommes ju­gés en ap­pel au Puy pour des bra­quages de dis­tri­bu­teurs et de conces­sions au­tos

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - PAGE 4

Les quatre hommes ju­gés en ap­pel pour bra­quages de­vant la cour d’as­sises de la Haute-Loire ont vu leur peine sen­si­ble­ment al­lé­gée par les ju­rés.

Ils étaient six, il y a quelques mois, à avoir été condam­nés par la cour d’as­sises du Puy­de­Dôme, en pre­mière ins­tance.

Deux d’entre eux avaient re­non­cé à faire ap­pel du ver­dict. Les quatre autres étaient à nou­veau ju­gé de­puis lun­di, au Puy­en­Ve­lay, pour plu­sieurs vols à main ar­mée com­mises entre fin 2011 et sep­tembre 2012.

Le ver­dict est tom­bé hier, à 4 heures du ma­tin. Fran­cis Es­quer­Bayo, 27 ans (condam­né la pre­mière fois à vingt ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle) écope cette fois de quinze ans, tout comme Max Ray­naud, 30 ans (dix­huit ans lors du pre­mier pro­cès).

Claude­Loïc Pa­cka, 31 ans (huit ans en pre­mière ins­tance) est ac­quit­té et Dja­mel Pif­fret, 30 ans, (d’abord condam­né à six ans d’em­pri­son­ne­ment), de­vra pur­ger cinq ans de pri­son, dont un avec sur­sis, mise à l’épreuve du­rant trois ans. Il a dé­jà ac­com­pli trois ans de dé­ten­tion pro­vi­soire.

At­ta­quée deux fois

Au cours de l’au­dience, seul Dja­mel Pif­fret a re­con­nu sa par­ti­ci­pa­tion au bra­quage d’une conces­sion au­to­mo­bile et l’as­so­cia­tion de mal­fai­teurs. Les trois autres ac­cu­sés ont tou­jours nié leur im­pli­ca­tion. Six faits étaient ju­gés : l’agres­sion d’une jeu­ ne tech­ni­cienne de main­te­nance de dis­tri­bu­teurs de billets dans une rue de Mou­lins, fin 2011. Six jours plus tard, l’em­ployée d’une conces­sion au­to­mo­bile d’Au­bière était for­cée par deux hommes ar­més et le vi­sage dis­si­mu­lé, de leur re­mettre les clés de deux grosses ber­lines.

Peu après, la vic­time mou­li­noise s’ap­prê­tait à rem­plir un dis­tri­bu­teur de billets à Puy­Guillaume lors­qu’une une voi­ture avait dé­fon­cé la porte. Les mal­fai­teurs s’étaient em­pa­rés de 120.000 eu­ros.

En fé­vrier 2012, trois hommes avaient ten­té de vo­ler plu­sieurs vé­hi­cules dans une conces­sion cler­mon­toise. En avril de la même an­née, un dis­tri­bu­teur de billet de Mo­zac (Puy­de­Dôme) avait été at­ta­qué à la voi­ture bé­lier. La porte avait te­nu.

En­fin, le der­nier casse était com­mis en sep­tembre 2012, à Cler­montFer­rand : là en­core, un vé­hi­cule, re­trou­vé in­cen­dié quelque temps après, avait fon­cé dans un dis­tri­bu­teur qui avait ré­sis­té. Les en­quê­teurs avaient pro­cé­dé à une pre­mière vague d’in­ter­pel­la­tions en toute fin d’an­née 2012.

« Cri­mi­nels che­vron­nés »

Les faits avaient été par­ti­cu­liè­re­ment trau­ma­ti­sants pour les vic­times, comme l’ont rap­pe­lé les par­ties ci­viles, ven­dre­di ma­tin.

En par­ti­cu­lier pour la da­biste, 21 ans à l’époque, agres­sée à Mou­lins puis à Puy­Guillaume, alors qu’elle tra­vaillait pour la so­cié­té Loo­mis France. Elle n’ou­blie­ra sans doute ja­mais l’arme « poin­tée entre les deux yeux » par l’un des bra­queurs qui exi­geait qu’elle lui re­mette son sac et ses clés. Des hommes « dé­ter­mi­nés », des « cri­mi­nels che­vron­nés », se­lon l’avo­cat gé­né­ral, Jean­Phi­lippe Du­ro­ché, dont les ré­qui­si­tions étaient proches des peines ré­cla­mées en pre­mière ins­tance : elles ne de­vaient pas être, se­lon lui, in­fé­rieures à quinze ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle pour Ray­naud et Es­quer Bayo, le « chef ma­fieux » et le « conver­ti à l’Is­lam ».

Les avo­cats de la dé­fen­seur, Mes De­champs et Vaillant pour l’un et Me Ma­hanne pour le se­cond, ont plai­dé l’ac­quit­te­ment, tout comme Me Ca­nis pour Pa­cka. Me Meeh­di Me­hanne se po­sait cette ques­tion : « Qui se ca­chait der­rière les ca­goules » ? Et comme le doute doit tou­jours pro­fi­ter aux ac­cu­sés…

PRO­CÈS. Après cinq jour­nées d’au­dience au Puy-en-Ve­lay, le ver­dict est tom­bé, sa­me­di, vers 4 heures du ma­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.