Cons­ter­na­tion

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 JOURS EN POLITIQUE - Claude Lesme

« Un pré­sident ne de­vrait pas dire ça… » Et pour­tant, il l’a dit. Pen­dant soixante heures, à deux jour­na­listes, du­rant toute la du­rée du quin­quen­nat. Et sans re­lec­ture. Sans filtre pour des pas­sages où les fa­ci­li­tés et les li­ber­tés de l’oral, dans une bonne am­biance, ne ré­sistent pas tou­jours à une ana­lyse mi­nu­tieuse de l’écrit qui sert sou­vent de loupe pour pa­rer aux ou­trances.

Faute d’avoir sui­vi le ju­di­cieux conseil de Claude Bar­to­lone – « un pré­sident ne doit pas au­tant se con­fes­ser. Le de­voir de si­lence fait par­tie de sa fonc­tion » – Fran­çois Hol­lande au­ra don­né une nou­velle di­men­sion à l’art et la ma­nière de se fâ­cher avec beau­coup de monde, et no­tam­ment ses élec­teurs ou par­ti­sans qui sont au­jourd’hui conster­nés.

Ga­rant des ins­ti­tu­tions, il a réus­si à se mettre à dos les ma­gis­trats qui l’avaient ova­tion­né il y a une se­maine (les « re­grets » met­tront du temps à ci­ca­tri­ser la bles­sure) puis, dans le désordre, des so­cia­listes, des mi­nistres, les élus de Nantes, les « sans­dents », les foot­bal­leurs, les Grecs et on ne par­le­ra même pas de la vie pri­vée ni de l’op­po­si­tion !

Trop hu­main et trop nor­mal àun mo­ment où les Fran­çais veulent que la fonc­tion pré­si­den­tielle re­prenne de la hau­teur, Fran­çois Hol­lande vient d’ajou­ter un bou­let sup­plé­men­taire à une éven­tuelle can­di­da­ture pour 2017, alors que plus de 80 % des Fran­çais ne la sou­haitent pas…

Sa quête ré­so­lue pour lais­ser une trace dans la pos­té­ri­té et s’ins­crire dans l’His­toire pour­rait lui coû­ter très cher au mo­ment de vé­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.