« Un grand ren­dez-vous pour les avants »

Kay­ser at­tend une ré­ac­tion après « la dé­cu­lot­tée » contre Tou­louse

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS RUGBY - Interview Va­lé­ry Le­fort

En l’ab­sence d’Ulu­gia (bles­sé), la pré­sence dans le XV de dé­part de Ben­ja­min Kay­ser ne se dis­cute pas. Le ta­lon­neur de l’ASM veut croire que Tou­louse était un ac­ci­dent.

«Ce­la se sau­rait si la mê­lée dé­pen­dait d’un seul mec ». Bon ca­ma­rade, lu­cide et sin­cère aus­si, Ben­ja­min Kay­ser dé­douane son confrère aus­tra­lien Na­than Charles après le cau­che­mar vé­cu en phases or­don­nées le week­end der­nier. Il dit ici pour­quoi il ne croit pas à un nou­veau « mé­léexit » ce soir à Exe­ter.

Quel est votre état d’es­prit au mo­ment de re­trou­ver l’Eu­rope ? C’est une grande se­maine, dif­fé­rente. On va se lan­cer à fond et es­sayer de va­li­der un dé­but de sai­son qui, comp­ta­ble­ment, a été bon. Mais quand on ouvre une nou­velle com­pé­ti­tion, on re­met les comp­teurs à zé­ro.

Le scé­na­rio de l’an pas­sé est-il un poids ? On n’en veut à per­sonne qu’à nous­mêmes. Avec le re­ cul, je me dis que nous avons « mer­dé » à ré­pé­ti­tion. On a lais­sé trop de points ici et là en pen­sant qu’un suc­cès aux Os­preys et une vic­toire contre Bor­deaux suf­fi­raient. À la sor­ tie, on a li­vré une belle m… D’où ce sen­ti­ment de frus­tra­tion, de dé­cep­tion. On va es­sayer de rec­ti­fier le tir en étant plus pré­cis et plus « tueur ».

Dans une poule peut-être

Oui, c’est très ho­mo­gène. L’Ul­ster est très cos­taud, Exe­ter confirme, Bor­deaux dé­borde d’am­bi­tions. Ce­la va nous obli­ger à éle­ver notre ni­veau de jeu. Dès ce pre­mier match, on va voir qu’Exe­ter a une main­mise phy­sique sur ses ad­ver­saires, que ce soit en conquête ou dans le jeu cou­rant. Ils sont ca­pables de faire des sé­quences longues à ré­pé­ti­tion. Lors de la gifle là­bas l’an pas­sé, ils avaient joué en équipe et pas nous.

Mais avec ce qu’on a vu contre Tou­louse, la conquête a dû être au me­nu ? Oui […]. On a pris une dé­rouillée de­vant qui n’en­lève rien à la perf’ de Tou­louse. Mais fran­che­ment, ce n’est pas nor­mal de notre part. On a d’autres as­pi­ra­tions et ce n’est pas l’image que j’ai de la conquête de l’ASM. Ce­la fait vrai­ment ch… Ce­la a failli nous coû­ter une vic­toire à do­mi­cile. Donc, for­cé­ment, ce match est un gros ren­dez­vous pour nous. On veut mon­trer notre vrai vi­sage. La base d’un suc­cès à l’ex­té­rieur en Coupe d’Eu­rope, on la connaît : grosse conquête, dis­ci­pline et dé­fense hy­per­agres­sive. Si on réus­sit ce­la, on au­ra fait la moi­tié du bou­lot. Après, il fau­dra un peu d’ef­fi­ca­ci­té avec.

Vous aviez vé­ri­fié à vos dé­pens l’an pas­sé que le moindre point était cru­cial… C’est clair, c’est très im­por­tant. Mais ce fut tel­le­ment cruel à la fois. On le sait, tous les points vont comp­ter. Tous ! On a dans cette poule trois énormes ad­ver­saires et à chaque match, on va es­sayer de se faire du bien et à nos ad­ver­saires res­pec­tifs de leur faire du mal.

Re­ve­nons à ces ra­tés contre Tou­louse. Ce­la vous place quand même sous pres­sion, vous les avants ? Bien sûr que ce­la nous oblige à une grosse re­mise en ques­tion […]. C’est une belle baffe. Par­fois, en prendre une, ce­la peut faire du bien…

Vous avez dé­ce­lé d’où ve­nait ce mal contre Tou­louse en mê­lées ? Oui, je pense que nous avons trou­vé… mais je n’en di­rai pas plus. Les oreilles d’Exe­ter écoutent. Faut tou­jours faire gaffe !

ÉCUEIL. de dos) Pour Ben­ja­min Kay­ser et ses co­équi­piers, le troi­sième ligne centre Tom Wal­drom (ici n° 8 ne se­ra pas le moindre des atouts d’Exe­ter ce soir au San­dy Park. PHO­TO FRED MARQUET

en­core plus re­le­vée ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.