Com­ment tuer les fre­lons asia­tiques ?

Un dis­po­si­tif in­édit de des­truc­tion des fre­lons asia­tiques com­mer­cia­li­sé de­puis sep­tembre

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - Or­lane Mas­tel­lone-Ruel­lan

To­ny De­la­noë et Fré­dé­ric Ri­cor­del ont in­ven­té une so­lu­tion bre­ve­tée an­ti­fre­lons. Ils pré­sentent leur créa­tion au Con­grès de l’api­cul­ture, ce week-end, à Cler­mont-Ferrand.

Le stand de To­ny De­la­noë et de Fré­dé­ric Ri­cor­del est sans doute l’un des plus po­pu­laires du Con­grès na­tio­nal de l’api­cul­ture, ce wee­kend, à Po­ly­dome. Pa­rents, en­fants, amis, tous ont en­vie de s’es­sayer au pis­to­let an­ti­fre­lons asia­tiques qu’ils ont mis au point. Et pour­tant, il n’a rien d’un jouet. La des­truc­tion de cet in­secte, qui fait des ra­vages dans les ruches, est un en­jeu pri­mor­dial.

« La par­ti­cu­la­ri­té du fre­lon asia­tique, c’est qu’il se nour­rit uni­que­ment d’abeilles, ex­plique To­ny De­la­noë. Il les broie pour prendre les pro­téines conte­nues dans leurs ab­do­mens afin de nour­rir leurs propres larves. Ça va très vite ! Lorsque l’on a re­pé­ré un nid de fre­lons tout à cô­té, la ruche peut­être dé­ci­mée en seule­ment quelques jours. » Du­ra­ble­ment im­plan­té en Eu­ro­ pe, le fre­lon asia­tique vit en co­lo­nie qui se com­pose par­fois de 50.000 in­di­vi­dus. Il est dan­ge­reux pour les abeilles, mais pas seule­ment… Qui s’at­taque au nid est éga­le­ment une cible fa­cile !

La tech­nique tra­di­tion­nelle consiste alors à louer une na­celle, au­tour des 400 € l’heure, et en­ga­ger les ser­vices d’un dés­in­sec­ti­seur, qui at­tein­dra le nid à l’aide d’une canne té­les­co­pique. Le hic, c’est que la canne ne peut in­ter­ve­nir qu’à moins de 20 mètres. Des nids res­tent in­ac­ces­sibles. « Cet an­cien sys­tème était très oné­reux et on n’al­lait pas par­tout », ex­plique Fré­dé­ric Ri­cor­del.

Ba­sés en Loire­At­lan­tique, les in­ven­teurs ra­content com­ment ce pro­jet leur est souf­flé par l’ex­pé­rience : « Je suis dés­in­sec­ ti­seur, ex­plique To­ny De­la­noë. J’ai uti­li­sé la canne, et me suis vite ren­du compte que son usage était li­mi­té. J’ai eu cette idée en 2012. On l’a fait bre­ve­ter en dé­cembre 2014. Le pis­to­let an­ti­fre­lons asia­tiques est com­mer­cia­li­sé de­puis sep­tembre 2016, et pour le mo­ment, ça marche plu­tôt bien. »

Avec un coût à l’achat de 1.400 €, le pis­to­let an­ti­fre­lons asia­tiques a de mul­tiples atouts. Il at­teint sa cible à 40 mètres, et est uti­li­sable par l’api­cul­teur, en toute au­to­no­mie. Les pre­miers clients vi­sés, les col­lec­ti­vi­tés qui dis­posent d’un cer­ti­fi­cat phy­to­phar­ma­ceu­tique.

Le fonc­tion­ne­ment est simple et sur­tout, com­plè­te­ment sé­cu­ri­sé pour l’api­cul­teur : « Le pis­to­let dis­pose d’un ré­ser­voir dans le­quel on va lo­ger en­vi­ron 180 billes d’in­sec­ti­cide, ex­plique To­ny De­la­noë. Le nid de fre­lons va re­ce­voir entre 50 et 180 billes qui fe­ront ef­fet à l’im­pact. Mais sur­tout, les fre­lons se­ront beau­coup moins agres­sifs avec cette tech­nique. Avec celle de la canne té­les­co­pique, ils ont juste à re­mon­ter la ligne de la canne pour at­ta­quer la per­sonne au bout ! Ici, on est à 40 mètres et le fre­lon n’a au­cun re­père. »

Il se­ra pos­sible de dé­cou­vrir le pro­cé­dé et ses in­ven­teurs, au­jourd’hui en­core, jus­qu’à 10 h 30, à Po­ly­dôme, place du 1er­Mai à Cler­mont­Ferrand.

Plus ra­pide, plus simple, moins cher et moins dan­ge­reux

NOU­VEAU­TÉ. Le pis­to­let an­ti-fre­lons asia­tiques per­met d’at­teindre une cible à 40 mètres. PHO­TO FRED MARQUET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.