Un ca­va­lier sur­git de la nuit des temps

Redécouverte de l’his­toire des bâ­ti­ments et des mo­nu­ments cler­mon­tois

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - CLERMONT - VIVRE SA VILLE - Pierre Ga­briel Gon­za­lez pgg@orange.fr

La sta­tue de Ver­cin­gé­to­rix, c’est un peu la Tour Eif­fel des Cler­mon­tois. Pour­tant son his­toire fut se­mée d’em­bûche.

Six dé­cen­nies avant son ins­tal­la­tion en 1903, on par­lait dé­jà de ce pro­jet de sta­tue du chef gau­lois ! Vers 1840, Amé­dée Thier­ry, his­to­rien, spé­cia­liste de la pé­riode gau­loise, fut le pre­mier à évo­quer le pro­jet d’éri­ger à Cler­mont­Ferrand un mo­nu­ment au glo­rieux ad­ver­saire de Cé­sar. La Ré­vo­lu­tion de 1848 ajour­na la dé­ci­sion. On es­pé­ra en­suite que Na­po­léon III don­ne­rait une im­pul­sion dé­ci­sive au pro­jet, sur­tout après son voyage à Cler­mont en 1863 et sa vi­site du pla­teau de Ger­go­vie. Il n’en fut rien.

Quinze ans après le trau­ma­tisme de la dé­faite de 1871, Ver­cin­gé­to­rix (tra­duire « grand roi des guer­riers ») est plus que ja­mais un « hé­ros na­tio­nal », mais sa sta­tue est res­tée dans les limbes. Ap­pa­rem­ment, il sus­ci­te­rait presque trop d’en­thou­siasme… A l’oc­ca­sion de la séance du Conseil mu­ni­ci­pal d’avril 1886, le maire de l’époque, Emile Saint­Rame, donne lec­ture du voeu que le conseiller Va­zeilles a dé­po­sé à la der­nière séance. Il s’agit de faire ap­prou­ver le texte sui­vant :

« Le Conseil mu­ni­ci­pal dé­clare s’as­so­cier au pro­jet pa­trio­tique d’un mo­nu­ment na­tio­nal à Ver­cin­gé­to­rix et prend, au nom de la ville l’en­ga­ge­ment d’y contri­buer dans une me­sure digne du grand an­cêtre qu’il s’agit de glo­ri­fier. »

En pré­am­bule à la dis­cus­sion, M. Lé­cuel­lé ad­joint au maire, confirme que le Conseil mu­ni­ci­pal tout en­tier s’as­so­cie à la pro­po­si­tion de M. Va­zeilles, mais il ajoute « les termes dans les­quels cette pro­po­si­tion est ré­di­gée m’ins­pirent quelque in­quié­tude. Il pour­rait ar­ri­ver, en ef­fet, que la somme que le Conseil mu­ni­ci­pal se­ra ap­pe­lé à vo­ter dans la suite pour l’érec­tion du mo­nu­ment pro­je­té soit mi­nime. Dans ce cas, le vote du Conseil ne se­rait plus en rap­port avec les termes en­thou­siastes mêmes du voeu qui se­rait émis ce soir. D’un autre cô­té si cette somme était trop consi­dé­rable, elle pour­rait obé­rer le bud­get de la Ville. Comme, d’ailleurs, en ma­tière de fi­nances les chiffres seuls sont élo­quents, je de­mande que l’on fixe, dès ce soir, la somme qu’il convient. »

M. Va­zeilles ré­pond et ex­plique sa po­si­tion « des rai­sons m’ont pous­sé à pro­vo­quer sim­ple­ment une mo­tion d’adhé­sion au mo­nu­ment pro­je­té, sans de­man­der le vote d’une somme dé­ter­mi­née. En ef­fet, le pro­jet a don­né nais­sance à deux cou­rants dif­fé­rents. Les uns, qui ont à leur tête le Co­mi­té pa­ri­sien, pensent que le mo­nu­ment, pour avoir un ca­rac­tère na­tio­nal, doit né­ces­sai­re­ment être pla­cé hors Cler­mont. Il est évident que si cette opi­nion ve­nait à pré­va­loir la contri­bu­tion de la ville de Cler­mont se­rait mo­deste. »

A Cler­mont ou hors Cler­mont ?

M. Va­zeilles pour­suit : « Les autres, au contraire, et ceux­là sont re­pré­sen­tés par le Co­mi­té cler­mon­tois, es­timent que Cler­mont, en rai­son de sa proxi­mi­té même de Ger­go­vie, de sa si­tua­tion au mi­lieu de l’an­cienne Au­vergne et de la France, en rai­son de sa po­pu­la­tion, de son im­por­tance mi­li­taire, a suc­cé­dé à l’an­cien op­pi­dum gau­lois et, en cette qua­li­té, le mo­nu­ment de Ver­cin­gé­to­rix doit s’éle­ver sur une de ses places. Ce se­cond co­mi­té a dû ré­ser­ver jus­qu’à la connais­sance du chiffre qu’at­tein­dra la sous­crip­tion, la ques­tion de l’em­pla­ce­ment. Si, comme il l’es­père, c’est la der­nière opi­nion qui pré­vaut, la part de la contri­bu­tion de la ville de­vra être beau­coup plus consi­dé­rable puisque le mo­nu­ment contri­bue­ra à l’em­bel­lis­se­ment de notre Ci­té… »

En fait, il fau­dra en­core dix­huit longues an­nées avant que la sta­tue soit fon­due puis convoyée jus­qu’à Cler­mont… Et que l’on choi­sisse son em­pla­ce­ment dé­fi­ni­tif. A suivre, di­manche pro­chain…

MO­NU­MENT. Que se­rait la place de Jaude sans la sta­tue du chef gau­lois ? © DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.