De­vi­nez qui vient pas­ser l’hi­ver ?

C’est un drôle d’oi­seau qui fait les murs comme on grimpe à l’échelle. Chas­sé par la neige des Alpes ou des Pyrénées, le ti­cho­drome éche­lette, jo­li pas­se­reau ar­pen­teur, ar­rive en ce mo­ment dans la ré­gion.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAG DIMANCHE - Anne Bourges anne.bourges@cen­tre­france.com

S’il fal­lait as­so­cier une cou­leur au ti­cho­drome éche­lette ? Le rouge.

Rouge, comme le pi­ment d’Es­pe­lette au­quel ren­voie son im­pro­bable pa­tro­nyme quand on l’or­tho­gra­phie mal sur in­ter­net.

Rouge, sur­tout, comme ces plumes alaires sans les­quelles on au­rait bien du mal à le re­pé­rer.

Ha­billé en do­mi­nantes grises, ce pe­tit oi­seau est mi­mé­tique sur les murs et ro­chers qu’il ar­pente à la re­cherche des cri­quets, pu­naises, des pa­pillons, four­mis, abeilles et autres arai­gnées dont il se nour­rit. Mais il a des ma­nières sin­gu­lières qui le tra­hissent et font le spec­tacle des heures du­rant.

Ma­nège d’ar­pen­teur

Très dif­fi­cile à ob­ser­ver dans son ha­bi­tat de mon­tagne sou­vent in­ac­ces­sible en été, il se rap­proche des re­gards en Au­vergne. Ce mi­gra­teur op­por­tu­niste vient des Alpes ou des Pyrénées pour hi­ver­ner en li­mite nord ouest de son aire de ré­par­ti­tion.

Même au so­leil d’hi­ver, il n’est pas rare de le voir sur les murs des bâ­ti­ments aux pierres dis­jointes, sur les clo­chers en­so­leillés qui grouillent d’in­sectes, et même sur les piles de bar­rages ou de grands ponts qui font la place aux in­sectes et pe­tits in­ver­té­brés dans les rup­tures de bé­ton.

Heu­reux qui re­çoit un ti­cho­drome quand ses murs sont en­va­his par les co­lo­nies de four­mis. L’oi­seau va vous les net­toyer ! Scru­pu­leu­se­ment, en li­néaires d’ar­pen­teur, jus­qu’au fond des fis­sures.

Le ma­nège peut du­rer des heures. Do­té de longs doigts aux griffes ro­bustes et cro­chues, il re­monte la

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.