Faire les tombes buis­son­nières avec un « né­cro­sophe »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - MAG DIMANCHE -

C’est un guide dont le bouche-à-oreille pa­ri­sien as­sure la no­to­rié­té de­puis de nom­breuses an­nées.

« Al­lez voir ses vi­sites, c’est for­mi­dable ! », vous glisse­t­on d’un air en­ten­du. Pour le trou­ver, rien de plus simple : pre­nez la di­rec­tion d’un ci­me­tière. Car Bertrand Beyern se dit « né­cro­sophe ». Il passe sa vie à ra­con­ter les morts, à dé­voi­ler l’his­toire d’an­ciennes fi­gures qu’il juge in­jus­te­ment tom­bées dans l’ou­bli, à per­cer les mys­tères des éton­nantes sé­pul­tures dont les ci­me­tières pa­ri­siens sont par­se­més.

Cet après­mi­di de prin­temps, il pro­pose, le sou­rire au coin des lèvres, une thé­ma­tique spé­ciale : « Le Père­La­chaise éro­tique : sa­fa­ri né­cro­po­lis­son. » Par­mi les vi­si­teurs pré­sents, on trouve des ha­bi­tués. Ils re­viennent pour faire par­ler les tombes, bien sûr, mais aus­si pour as­sis­ter à la « pres­ta­tion » du guide. Une « pres­ta­tion » qui dure plus de trois heures, et au cours de la­quelle Bertrand Beyern se dé­mul­ti­plie pour faire dé­cou­vrir la face ca­chée du ci­me­tière.

Bien loin des tombes « stars » de Jim Mor­ri­son ou Os­car Wilde, c’est vers des sé­pul­tures dé­lais­sées qu’il aime à gui­der ses troupes. Là, celle de l’ar­tiste­peintre Ma­rie Lau­ren­cin. Ici, celle d’un grand ac­teur du XVIIIe siècle, Tal­ma, qui « avait une bi­blio­thèque éro­tique sans égale ». Un peu plus loin celle d’Alice Ozy, co­mé­dienne qui fut la maî­tresse de nom­breux hommes de pre­mier rang du XIXe siècle (le duc d’Au­male, Louis­Na­po­léon Bo­na­parte…). Et puis cette tombe, où il im­pose un ar­rêt et où, évo­quant la dé­funte, il sort de son car­table un pe­tit lec­teur de cas­settes pour dif­fu­ser quelques mi­nutes d’un air d’opé­rette jo­li­ment désuet. Em­bar­qués dans cette au­di­tion un brin sur­réa­liste au mi­lieu des sé­ pul­tures, les par­ti­ci­pants ju­bilent. De « sta­tues fri­ponnes » en « grands ob­sé­dés », le guide pro­pose aux vi­si­teurs de re­dé­cou­vrir ce ci­me­tière boi­sé dont il connaît chaque re­coin (« ici, j’ai l’im­pres­sion d’être au bu­reau », s’amuse­t­il).

Ses grandes en­jam­bées les em­mènent d’une tombe à l’autre, à la dé­cou­verte d’un pa­tri­moine mé­con­nu, et à la ri­chesse in­fi­nie. « 44 hec­tares, deux siècles d’his­toire, des cen­taines de mil­liers de per­sonnes qui y re­posent : on n’en a ja­mais fait le tour », note­t­il. Les tombes sont pour lui au­tant de pré­textes pour conter, sur le ton de la confi­dence, la grande His­toire comme la pe­tite. Avec un mé­lange d’éru­di­tion, d’ori­gi­na­li­té et d’hu­mour qui fait mouche par­mi les vi­si­teurs. C’est là toute sa fier­té : être un guide à part dans le pe­tit monde des ci­me­tières. Et de conclure : « Avec moi, vous ne sui­vrez pas un mon­treur de tombes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.