Dus­tin Ware, le me­neur, trouve peu à peu sa passe

33 d’éva­lua­tion, 23 points, 10 passes dé­ci­sives, 5 re­bonds et 5 fautes pro­vo­quées

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SPORTS - BASKET-BALL - Jean-Phi­lippe Béal

Dus­tin Ware, le me­neur de la JAVCM, at­tire le bal­lon à lui. Reste en­suite à en faire une uti­li­sa­tion ef­fi­cace, in­di­vi­duel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment. Sur ce plan, un mieux sen­sible a été consta­té hier.

Dao a ap­pré­cié : « Beau­coup de joueurs ont pris leurs res­pon­sa­bi­li­tés », a ré­su­mé le coach pour sur­li­gner la vic­toire de­vant Aix­Mau­rienne.

En pre­mière ligne, ses res­pon­sa­bi­li­tés, Dus­tin Ware les a tou­jours prises. Trop même, par­fois, quand ce­la tourne à la gour­man­dise ? À Rouen (dé­faite 76­70), son coach Sté­phane Dao l’avait semble­t­il no­té, en le dé­doua­nant : « On a un manque de ro­ta­tions aux postes 1 et 2, je suis obli­gé d’uti­li­ser Dus­tin à tort et à tra­vers ». Et en­core, avec sept passes et cinq tirs à trois points en huit ten­ta­tives, sou­vent à des mo­ments clefs, la co­pie ren­due en Nor­man­die avait été utile, même si pas tou­jours ré­di­gée avec la lu­ci­di­té idoine.

Der­rière, face à Bou­la­zac, le ren­de­ment du me­neur US était en re­vanche tom­ bé à quatre of­frandes et son 1 sur 8 pri­mé (ten­dance gé­né­rale de l’équipe ce­pen­dant) pour un to­tal de 15 points, n’avait pas eu as­sez de poids pour con­ tes­ter la main­mise pé­ri­gour­dine.

Rien de ce­la, hier. Même si sa par­tie avait mal dé­bu­té, Ware com­met­tant sa pre­mière faute per­son­nelle au bout de 6” de jeu... Anec­do­tique face à son bi­lan fi­nal de 33 d’éva­lua­tion. Dont 23 points, comme à Rouen, un 4 sur 5 der­rière l’arc, sec­teur où il put rendre la po­li­tesse à l’adresse sa­voyarde de pre­mière mi­temps : « C’est une très bonne équipe, qui joue très bien avec de gros shoo­teurs mais en dé­fen­dant mieux, dans la com­mu­ni­ca­tion, le re­bond, la concen­tra­tion et en at­ta­quant nous­même mieux, on les a gê­nés en­suite », com­men­tait Ware au­teur, de 10 passes dé­ci­sives. Ce qui a pe­sé.

Sté­phane Dao avait dé­jà évo­qué comme une « Dus­tin de­pen­dance » : « Mais heu­reu­se­ment ! ren­ché­ris­sait­il, hier soir. For­cé­ment qu’on doit pou­voir comp­ter sur un joueur ma­jeur qu’est un me­neur amé­ri­cain ! »

Mais Dao n’est pas ve­nu pour ne pas être exi­geant. En­vers les meilleurs en pre­miers : « Après, la dé­pen­dance, elle est aus­si à double tran­chant. Par mo­ments pour sa confiance, Dus­tin va peut­être trop loin aus­si. On doit ar­ri­ver à trou­ver la ba­lance entre le Dus­tin flam­boyant et le Dus­tin qui, à cer­tains mo­ments, doit éga­le­ment sa­voir jouer juste. Main­te­nant avec 33 d’eval, je ne me plains pas (sou­rire) ! Mais il peut être en­core plus ef­fi­cace. On va tra­vailler là­des­sus car pour lui, c’est bon, et pour nous, ce se­ra en­core meilleur ».

Ware, tête de pont du nou­veau jeu mé­tro­po­li­tain (« on est tout neufs », in­sis­ta­t­il), n’en es­père pas moins, lui non plus.

WARE. Sou­vent dé­ci­siif, hier soir, de­vant les Aixois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.