L’ASM mise sur la jeu­nesse pour le der­by à Brive

Pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion pour Be­he­re­ga­ray et San­ga (16 h 15).

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - LA UNE - Ch­ris­tophe Bu­ron

« Brive­Cler­mont, c’est la guerre du Mas­sif cen­tral ! » Franck Azé­ma « On a des at­ti­tudes in­té­res­santes en dé­pla­ce­ment de­puis un an et de­mi »

De­puis qu’il est le pa­tron spor­tif du club au­ver­gnat (en 2014), Franck Azé­ma n’a ja­mais per­du contre Brive. Pour cet homme, at­ta­ché aux va­leurs tra­di­tion­nelles, le der­by contre le club cor­ré­zien a tou­jours un sens.

Ce 96e match de l’his­toire (le pre­mier date de 1927 !) entre Brive et Cler­mont n’a pas tou­jours été es­tam­pillé « der­by » puis­qu’il fut une époque où il exis­tait d’autres ad­ver­saires, des uns et des autres, géo­gra­phi­que­ment beau­coup plus près. On pense à Vi­chy pour l’ASM, à Tulle, voire Au­rillac pour le CAB.

Au­jourd’hui, avec une élite ré­duite à 14 clubs, alors qu’elle en comp­tait en­core 80 (20 poules de 4 !) au dé­but des an­nées quatre­vingt­dix, ces confron­ta­tions entre Cou­jous et Jau­nards re­viennent de ma­nière ré­cur­rente, consé­quence de la poule unique ins­tau­rée en 2004.

En­traî­neur en chef de l’ASM de­puis plus de deux ans, Franck Azé­ma a tou­jours bai­gné dans cette cul­ture du der­by. Jeune, alors qu’il por­tait le maillot de l’USAP, lors de com­bats épiques contre Bé­ziers et Nar­bonne. Joueur à l’ASM aus­si, il n’a pas échap­pé à la fer­veur du der­by contre le CAB. Et pour cause ! Le 15 sep­tembre 1996, re­crue fraî­che­ment ar­ri­vée en Au­vergne, Azé­ma porte son pre­mier maillot de ti­tu­laire « jaune et bleu », au stade Miche­lin contre Brive. Ça ne s’ou­blie pas.

Pas­sé du cô­té du staff, il n’est pas homme à gal­vau­der les tra­di­tions. « C’est an­cré en moi ! Bien sûr que ce der­by a de l’im­por­tance, ce n’est pas quelque chose de sur­fait. C’est la guerre du Mas­sif cen­tral ! Pour­quoi c’est im­por­tant ? Parce que je suis beau­coup at­ta­ché aux sym­boles, à l’Au­vergne… parce que l’on est, à l’ASM, tour­né sur la for­ma­tion et que l’on cherche tou­jours à avoir une iden­ti­té forte. »

Alors qu’il cer­ti­fie que le der­by n’a ali­men­té au­cune conver­sa­tion de comp­toir lors de l’es­ca­pade à Bar­ce­lone du week­end der­nier, le coach cler­mon­tois a mi­sé sur le vé­cu de ses joueurs les plus an­ciens pour en­tre­te­nir cette se­maine la no­tion par­ti­cu­lière de ce ren­dez­vous.

« Les joueurs, is­sus du club, du centre de for­ma­tion, ont cette cul­ture du der­by. Et je pense que les autres se ral­lient fa­ci­le­ment à cette cause. Un match contre Brive ne s’aborde plus de la même fa­çon qu’à une époque, le dé­rou­le­ment de ces matchs est dif­fé­rent aus­si, mais ce­la reste sti­mu­lant. »

On l’a dit, Azé­ma, pa­tron de l’ASM, a tou­jours ga­gné (4 matchs, 4 suc­cès) contre Brive. A­t­il la bonne re­cette ? « Non, c’est sur­tout que l’on a des at­ti­tudes in­té­res­santes à l’ex­té­rieur de­puis un an, un an et de­mi. Dans ce der­by, je ne sais pas si on pour­ra ré­pé­ter ça, sur­tout que l’on nous at­tend de pied ferme, je crois. Nos deux suc­cès en Cor­rèze ces deux der­nières sai­sons montrent juste notre ré­gu­la­ri­té dans les per­for­mances en dé­pla­ce­ment… sur­tout là, à Brive, où c’est tou­jours raide. »

Sauf que, chat échau­dé… Brive pour­rait ne pas tendre la joue une nou­velle fois. « Chaque an­née leur vi­gi­lance s’ac­croît. Ce­la va même être de plus en plus dur de les sur­prendre chez eux. Sur­tout quand on voit la grosse mo­bi­li­sa­tion au­tour de ce der­by, le ta­page qui a été fait à Brive avec ce match. »

SYM­BOLES. Franck Azé­ma (flan­qué ici de son ad­joint Jo­no Gibbes) garde tou­jours un sens par­ti­cu­lier pour le der­by qui op­pose son club à Brive. La nou­velle manche, cet après-mi­di en Cor­rèze, n’échappe pas à la règle. PHO­TO FRAN­CIS CAMPAGNONI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.