Dis­trac­tion en noir et blanc…

Le cour­rier d’un cru­ci­ver­biste re­cèle par­fois de quoi s’abî­mer dans la ré­flexion et faire aus­si l’apo­lo­gie d’un sport in­tel­lec­tuel qui compte des adeptes pas­sion­nés.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - SEPTIÈME JOUR - Yves Car­roué yves.car­roue@cen­tre­france.com

«R omains de Ti­vo­li », « au fil du Ie­nis­sei »... Ça vous agace par­fois lorsque, le crayon à la main et le jour­nal as­tu­cieu­se­ment plié comme un ori­ga­mi pour ne pas glis­ser de vos ge­noux, vous ten­tez de pro­gres­ser dans la grille de mots croi­sés de votre jour­nal fa­vo­ri, un di­manche rê­veur, et tom­bez sur des dé­fi­ni­tions comme celle­ci. Trop fa­ciles, bien sûr, mais aus­si pié­geuses…

Mais quelques lec­teurs cru­ci­ver­bistes s’en prennent aus­si par­fois au ver­bi­cru­ciste de ser­vice qui se laisse al­ler à vous faire cher­cher la so­lu­tion de la dé­fi­ni­tion « em­pe­reur ro­main » pour vous faire trou­ver « CESAR ». Or, pour cer­tains pu­ristes, Caius Iu­lius Cae­sar, notre bon vieux Jules Cé­sar à la fran­çaise, l’en­ne­mi in­time d’As­té­rix et d’Obé­lix, ne fut ja­mais em­pe­reur mais seule­ment « dic­ta­teur » et son nom de­vint après sa mort pour le moins… bru­tale – n’est­ce pas Bru­tus ? – le titre des em­pe­reurs qui lui suc­cé­dèrent au pou­voir, d’Au­guste (2714 avant Jé­sus­Ch­rist) à Ro­mu­lus Au­gus­tule (475­476 de notre ère).

Mot de cinq lettres

Ça pa­raît bien ti­ré par les che­veux tout ça, mais lorsque vous n’avez au­cun autre in­dice sur votre grille, cette dé­fi­ni­tion ap­proxi­ma­tive peut vous faire dé­railler vers un NERON ou un TITUS de cinq lettres eux aus­si, qui brouille­ront le reste de vos mots croi­sés. Et un coup de gomme sur du pa­pier jour­nal, c’est très ris­qué. Quant à des ra­tures, vous n’y pen­sez pas ? De quoi lais­ser échap­per un tout autre mot de cinq lettres !

Un cor­res­pon­dant « puy­dô­mois » – dont on pour­rait, ma foi, dire bien des choses comme « adepte du fouch­tra ! » ou « Bas­Au­ver­gnat » ou « fait ce qu’il pneu » ou « per­son­na­li­té vol­ca­nique » ou en­core « ha­bite le 63 » – a at­ti­ré, quoi qu’il en soit, l’at­ten­tion de la ré­dac­tion sur ce point, dans un mot éru­dit mais pas cuistre qui a le mé­rite de re­mettre les choses en place.

Sport dit cé­ré­bral, ces mots croi­sés, sans doute moins po­pu­laires au­jourd’hui que les mots flé­chés ou le sudoku, comptent ce­pen­dant des pra­ti­quants as­si­dus que le seul nom de feu Mi­chel La­clos (re­por­tez­vous au

TV Ma­ga­zine qui dort, rou­lé sous la za­pette, de­vant le té­lé­vi­seur) fait ba­ver d’ex­ci­ta­tion. Car ce ver­bi­cru­ciste émi­nent (1926­ 2013) n’est pas de ceux qui cèdent à la fa­ci­li­té et aux dé­fi­ni­tions gnan­gnan, du type « Brilla sur le Nil » en deux lettres… C’est bête, ça au­rait pu être CLAUDE FRAN­ÇOIS ou ALEXANDRIE, ce n’est que RA.

Un maître et un dé­mon

L’in­con­vé­nient de ses grilles tou­jours dif­fu­sées dans les ma­ga­zines du Fi­ga­ro ou sous forme d’opus­cules, c’est qu’elles sont quand même plus fa­ciles que celles du maître des mots croi­sés, Max Fa­va­lel­li, qui re­viennent dans les co­lonnes du Jour

nal du Di­manche, ou du diable de L’Obs, Jacques Drillon, mais as­sez dif­fi­ciles pour at­ti­rer comme des mouches ceux qui vous piquent votre ma­ga­zine en douce et ter­minent la grille que vous vous gar­diez pour la pro­chaine tasse de ca­fé. In­sup­por­table ! Et les bougres sont ca­pables de vous nar­guer en criant sur les toits com­bien ils vous ont été utiles. Au point qu’on fi­ni­rait par croire que ce sont eux les grands cru­ci­ver­bistes. Il y a vrai­ment des coups de crayon qui se perdent.

D’au­tant que les cru­ci­ver­bistes les plus aguer­ris savent que trou­ver sans re­cou­rir à un dic­tion­naire, de vo­ca­bu­laire voire dit « de mots croi­sés », est une joie (« sy­no­nyme de liesse ») in­com­pa­rable et vous em­plit d’un plai­sir (« pas tou­jours cou­pable ») sans égal… Sur­tout sous les om­brages du jar­din ou face à la mer (« pas tou­jours morte » ou « plus bleue que rouge ») quand il fait beau.

PHO­TO AFP

CHOIX. Ce dé­pu­té cru­ci­ver­biste au­rait pu choi­sir les mots croi­sés, mais il a pré­fé­ré les mots flé­chés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.