« Cher Fran­çois, hier, j’ai fait connais­sance avec la tran­chée »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Mu­sée d’his­toire du XXE siècle. À Es­ti­va­reilles (Loire), tous les jours de 14 heures à 18 heures. Tél. 04.77.50.29.20.

Col­lec­tion­neur et cu­rieux im­pé­ni­tent, Ber­nard Guil­hot, uni­ver­si­taire cler­mon­tois re­trai­té a ac­quis, il y a quatre ans, une grande par­tie de l’oeuvre de guerre des frères An­ge­li.

Il lui reste au­jourd’hui une cen­taine de des­sins et d’aqua­relles tra­cées sur le vif par Fran­çois An­ge­li mais aus­si quelques oeuvres lu­mi­neuses et pro­fondes de « l’après Jean », l’al­gé­rie, Avi­gnon, le vent dans les jupes des Bre­tonnes…

Du lot qu’il a ache­té, l’an­cien en­sei­gnant a re­ti­ré tout ce qui concer­nait Jean, l’oeuvre ful­gu­rante, pic­tu­rale et épis­to­laire.

Au mu­sée d’es­ti­va­reilles, dans la Loire, l’es­pace dé­dié à la Grande Guerre pré­sente quelques oeuvres des frères An­ge­li. Par­mi leurs traces, une sculp­tu­ re en terre que Fran­çois avait faite en ren­trant des com­bats, un pro­jet de mo­nu­ment aux morts où l’on voit deux Poi­lus por­tant le ca­davre d’un troi­sième sol­dat. Et puis il y a aus­si une lettre de Jean à Fran­çois as­sor­tie d’un jo­li des­sin à la mine. Jean conclut ain­si : « J’ai trou­vé un fu­sil Mau­ser, chose cu­rieuse, il porte l’es­tam­pille Am­berg, même éty­mo­lo­gie que Am­bert ! J’ai écrit à la ma­man, écris­moi sou­vent. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.