Bruce Spring­steen se met à nu

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ré­mi Bon­net

Les au­to­bio­gra­phies de cé­lé­bri­tés se res­semblent bien sou­vent. D’abord, elles sont, la plu­part du temps, écrites par d’autres. Et elles ra­content toutes la même his­toire : celle d’un par­cours sans nuage vers la cé­lé­bri­té, fai­sant dis­pa­raître au pas­sage toutes les as­pé­ri­tés ou mo­ments gê­nants d’une vie dé­crite comme un conte de fées. Elles n’ont gé­né­ra­le­ment au­cun in­té­rêt lit­té­raire et ne se jus­ti­fient que par leur at­trait com­mer­cial. Et puis il y a les ex­cep­tions. Le nou­veau prix No­bel de lit­té­ra­ture, Bob Dy­lan, avait pu­blié en 2004 l’ex­cep­tion­nel Ch­ro­nicles vol. 1, lar­ge­ment fic­tif. En 2010, le gui­ta­riste des Rol­ling Stones, Keith Ri­chards, dé­bal­lait tout dans l’amu­sant Life. Et puis il y a Bruce Spring­steen. Son Born to run, qui vient tout juste de sor­tir, est un im­mense pa­vé, fait main, qui ra­vi­ra ses fans au­de­là du rai­son­nable. Car pour une fois, une au­to­bio­gra­phie nous donne ce qu’elle pro­met : elle nous fait en­trer dans la tête du chan­teur. Le « Boss » nous fait par­ta­ger ses joies et fier­tés, mais sur­tout ses doutes, que le suc­cès n’a pas apai­sés. De son en­fance dans le New Jersey à ses der­niers suc­cès, il ba­laye ses soixan­te­sept ans de par­cours en se don­nant ra­re­ment le beau rôle. Il ne cache même pas les nom­breux épi­sodes dé­pres­sifs qui ont mar­qué sa vie et qui conti­nuent de le pour­suivre. Pas vrai­ment ce qu’on ima­gi­nait.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.