Nou­vel obs­tacle en vue pour Notre­dame­des­landes

Alors qu’hier les par­ti­sans de l’aé­ro­port sont des­cen­dus dans la rue…

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Un nou­vel obs­tacle se pro­file pour le pro­jet d’aé­ro­port de Notre-dame-des-landes : le rap­por­teur pu­blic va pro­po­ser, de­main, à la cour ad­mi­nis­tra­tive d’ap­pel de Nantes d’an­nu­ler des ar­rê­tés pré­fec­to­raux au­to­ri­sant les tra­vaux de l’in­fra­struc­ture contro­ver­sée, sus­pen­dus de­puis quatre ans.

Le rap­por­teur, dont l’avis est gé­né­ra­le­ment sui­vi, va dé­fendre l’an­nu­la­tion de quatre des cinq ar­rê­tés contes­tés en jus­tice par les op­po­sants, se­lon le sens de ses conclu­sions com­mu­ni­quées aux par­ties ven­dre­di. Ces ar­rê­tés, pris en dé­cembre 2013 et liés aux amé­na­ge­ments hy­drau­liques et aux des­truc­tions d’es­pèces pro­té­gées, per­mettent la réa­li­sa­tion de la pla­te­forme aé­ro­por­tuaire et sa des­serte rou­ tière. Les juges, qui sta­tue­ront au to­tal sur dix re­quêtes, de­vraient rendre leur dé­ci­sion sous quinze jours.

Si les pré­co­ni­sa­tions des rap­por­teurs pu­blics sont gé­né­ra­le­ment sui­vies par les juges ad­mi­nis­tra­tifs, les op­po­sants « ne crient pas en­core vic­toire », mais as­sis­te­ront à l’au­dience « avec plus de sé­ré­ni­té », dé­clare Fran­çoise Ver­chère, l’une des re­qué­rantes, an­cienne élue (Front de gauche) de Bou­gue­nais, où est si­tué l’ac­tuel aé­ro­port nan­tais.

Pour Tho­mas Du­breuil, l’un des avo­cats des op­po­sants, « si c’est confir­mé, et si les ar­rê­tés sont an­nu­lés, les condi­tions pour une in­ter­ven­tion ou un dé­mar­rage des tra­vaux ne sont au­cu­ne­ment réunies ».

Cette nou­velle étape du ma­ra­ thon ju­di­ciaire en­ta­mé il y a une quin­zaine d’an­nées par les op­po­sants à ce pro­jet contro­ver­sé, vieux de 50 ans et re­lan­cé au dé­but des an­nées 2000, coïn­cide avec le ca­len­drier fixé par Ma­nuel Valls pour une éva­cua­tion pro­gres­sive du site et un lan­ce­ment des tra­vaux « à l’au­tomne ». Un ca­len­drier qu’il a confir­mé à plu­sieurs re­prises ces der­nières se­maines.

Eco­sys­tème et es­pèces pro­té­gées

Les par­ties pour­ront en­core sai­sir le Conseil d’état, mais une an­nu­la­tion, même par­tielle, de ces ar­rê­tés por­te­rait un sé­rieux coup d’ar­rêt au pro­jet, dé­cla­ré d’uti­li­té pu­blique en 2008.

Les tra­vaux pré­pa­ra­toires sont sus­pen­dus de­puis les der­nières ten­ta­tives d’ex­pul­sion des oc­cu­ pants du site, à l’au­tomne 2012, re­tar­dant sine die une ou­ver­ture de la nou­velle in­fra­struc­ture, à une ving­taine de ki­lo­mètres au nord de Nantes, ini­tia­le­ment pré­vue en 2017.

Ces pré­co­ni­sa­tions du rap­por­teur pu­blic « cré­di­bi­lisent ce qu’on dit de­puis long­temps : que le pro­jet nous pa­raît fon­da­men­ta­le­ment mau­vais sur le vo­let en­vi­ron­ne­men­tal », es­time Fran­çoise Ver­chère.

Les op­po­sants pointent no­tam­ment l’in­suf­fi­sance des me­sures prises par le conces­sion­naire du site, Aé­ro­ports du Grand Ouest (AGO), une fi­liale de Vin­ci, pour com­pen­ser la des­truc­tion de l’éco­sys­tème ac­tuel du site, une zone hu­mide à 98 %, et de la cen­taine d’es­pèces pro­té­gées qui s’y abritent.

PRO-AÉ­RO­PORT. Hier, dans la rue, à Nantes. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.